Combien coûterait (vraiment) un accident nucléaire en France ?

(Maxppp)

L'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) parle de 430 milliards d'euros en cas d'accident nucléaire comme Fukushima en France. Le JDD a publié le chiffre de 5.800 milliards. Pour couper court à la polémique, l'IRSN a diffusé ce mardi ses analyses sur son site internet.

430 milliards ou 5.800
milliards d'euros ? La différence est grande. Il y a quelques jours, le
JDD a affirmé qu'un accident nucléaire de l'ordre de Fukushima en France coûterait
5.800 milliards d'euros. Le journal du dimanche s'est basé sur un rapport de l'Institut
de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) datant de 2007. Son scénario
est cependant jugé "fort peu réaliste " selon l'IRSN, qui donne de son côté un
"chiffre médian " de 430 milliards.

Entre 1.000 et 2.000
milliards

Pour éviter la polémique, l'IRSN
a publié ce mardi sur son site internet, l'intégralité de son rapport de
2007
(85 pages).

L'Institut explique que le
chiffre de 5.800 milliards d'euros apparaît bien dans les annexes, "c'est
uniquement une petite rubrique dans le rapport qui illustre la grande
variabilité des coûts qu'on ne comprenait pas tout à fait à l'époque
",
explique Jacques Repussart, le directeur général de l'IRSN. Il estime qu'en
extrapolant, un accident nucléaire grave et non contrôlé tel que Fukushima coûterait en France entre "1.000
milliards et 2.000 milliards
".

"Nos études n'ont pas
pour objet de fixer le prix standard d'un accident, chaque accident aura son coût
propre" (Jacques Repussart, le directeur général de l'IRSN)

L'étude de 2007 a été réalisée "dans le cadre d'une
demande d'expertise exprimée par l'Autorité de sûreté nucléaire
", précise
l'IRSN. "A
cette époque, les résultats des expertises de l'IRSN ne faisaient en règle
générale pas l'objet d'une information publique. Toutefois, afin d'éclairer le
mieux possible cette problématique, et conformément au principe de
transparence, l'IRSN met à disposition sur son site internet le texte intégral
de cette  étude
", souligne
l'institut.

Vous êtes à nouveau en ligne