Fukushima : 300 tonnes d'eau contaminée rejetées chaque jour en mer

Des experts et des élus inspectent les installations censées contenir les fuites d\'eau radioactives, le 6 août 2013, à la centrale nucléaire de Fukushima (Japon).
Des experts et des élus inspectent les installations censées contenir les fuites d'eau radioactives, le 6 août 2013, à la centrale nucléaire de Fukushima (Japon). (JAPAN POOL / JIJI PRESS / AFP)

Le gouvernement japonais est persuadé que les fuites durent depuis deux ans.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

"Un problème urgent, qui suscite beaucoup d'inquiétude dans la population", de l'aveu même du Premier ministre japonais, Shinzo Abe. Environ 300 tonnes d'eau contaminée se déversent chaque jour dans la mer depuis la centrale nucléaire accidentée de Fukushima. Ce chiffre a été donné par le gouvernement japonais, mercredi 7 août. Pire, l'exécutif est persuadé que les fuites durent depuis deux ans.

L'exploitant de la centrale, la compagnie d'électricité Tokyo Electric Power (Tepco), se débat depuis mars 2011 pour faire face aux conséquences de l'accident qui s'est produit à sa centrale nucléaire Fukushima Daiichi, à 220 km au nord-est de Tokyo, endommagée par un séisme et un tsunami géant. Le problème le plus aigu qu'elle rencontre depuis plusieurs semaines consiste à empêcher de l'eau souterraine contaminée par la forte radioactivité du site de fuir dans l'océan Pacifique.

Mercredi, le chef du gouvernement s'est engagé à accentuer les efforts pour limiter ces fuites, et a ordonné au ministre de l'Industrie d'agir en urgence. Le pompage des eaux souterraines devrait débuter au plus tard en décembre, a indiqué un responsable du ministère de l'Industrie. Mais Tepco ne devrait toutefois pas atteindre son objectif à cette date et ne pourrait pomper que 240 tonnes d'eau sur les 300. Le nettoyage du site devrait prendre une quarantaine d'années et coûter plus de huit milliards d'euros.

Vous êtes à nouveau en ligne