Besançon : un Chilien mis en examen dans l’affaire de l’étudiante japonaise disparue

C’est une affaire qui tient en haleine les médias japonais depuis trois ans maintenant : l’assassinat d’une étudiante japonaise de 21 ans à Besançon (Doubs). Son corps n’a jamais été retrouvé. Le suspect, un Chilien, vient d’être extradé en France et mis en examen.

C’est un moment qu’attendait la justice française depuis plus de trois ans. Dans une voiture qui s’engouffre vers le tribunal de Besançon vendredi 24 juillet, Nicolas Zepeda. Ce Chilien est le seul suspect dans l’affaire de la disparition d’une jeune étudiante japonaise en décembre 2016. Narumi Kurosaki avait 21 ans, elle était venue étudier le français à Besançon. Elle séjournait dans une résidence étudiante, c’est là que ses voisins auraient entendu des hurlements vers 3 heures du matin.

Ex-compagnon de Narumi, il l’a menacé sur les réseaux sociaux

Depuis, plus de traces de la jeune étudiante, aucun corps retrouvé. Mais très vite, l’enquête s’oriente vers l’ex-compagnon de la jeune fille : Nicolas Zepeda. Ils s’étaient rencontrés au Japon en 2014. Le couple se serait éloigné. Lui n’aurait pas supporté la séparation, postant notamment des menaces sur les réseaux. Fils d’une riche famille chilienne, il s’est vite réfugié dans son pays. Les médias japonais suivent pas à pas l’avancée de l’enquête.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne