Le chef du gouvernement italien, Giuseppe Conte, menace de démissionner en raison de querelles dans la coalition

Le chef du gouvernement italien, Giuseppe Conte, le 3 juin 2019, à Rome en Italie.
Le chef du gouvernement italien, Giuseppe Conte, le 3 juin 2019, à Rome en Italie. (ALBERTO PIZZOLI / AFP)

Giuseppe Conte a sommé Matteo Salvini (la Ligue) et Luigi Di Maio (Mouvement 5 étoiles), ses deux vice-présidents du Conseil, de décider rapidement s'ils veulent des élections anticipées ou préfèrent continuer à gouverner ensemble.

Giuseppe Conte hausse le ton. Lundi 3 juin, le chef du gouvernement italien s'est dit prêt à démissionner si la Ligue (extrême droite) et le Mouvement 5 étoiles (M5S, antisystème) ne mettaient pas fin à leurs incessantes polémiques. "Je demande à chacune des deux forces politiques de faire un choix et de me dire si elles ont l'intention de suivre encore le contrat de gouvernement", a-t-il déclaré à la presse. Faute de quoi, "je remettrai simplement mon mandat".

Giuseppe Conte a sommé Matteo Salvini (Ligue) et Luigi Di Maio (Mouvement 5 étoiles), ses deux vice-présidents du Conseil, de décider rapidement s'ils veulent des élections anticipées ou préfèrent continuer à gouverner ensemble.

Bruxelles demande des comptes

Le gouvernement d'union Ligue-M5S, déjà handicapé depuis un an par la nette différence entre les deux alliés, tangue depuis les élections européennes, qui ont renversé le rapport de forces. Le M5S, qui avait obtenu 32,5% des voix aux législatives de mars 2018, a sombré à 17%, tandis que la Ligue, passée de 17 à 34%, entend désormais dicter l'agenda, en particulier face aux menaces de sanctions européennes devant la détérioration des comptes publics.

Le président du Conseil italien a déclaré que l'élaboration du budget 2020 à l'automne serait une tâche complexe pour son gouvernement et que l'Italie avait besoin de la confiance des marchés financiers. La Commission européenne a officiellement demandé la semaine dernière à l'Italie de s'expliquer sur la détérioration de ses comptes publics, une démarche qui pourrait aboutir à l'ouverture d'une procédure disciplinaire contre Rome.

Vous êtes à nouveau en ligne