Le casse-tête des "autres Cesare Battisti" réfugiés en France depuis les années Mitterrand

Une manifestation de soutien à Cesare Battisti en mars 2004 à Paris.
Une manifestation de soutien à Cesare Battisti en mars 2004 à Paris. (MAXPPP)

Rome a obtenu l'extradition de Cesare Battisti après son arrestation en Bolivie et le feu vert du Brésil. Mais la justice italienne aimerait désormais obtenir quatorze fugitifs installés en France et condamnés pour terrorisme pendant les "années de plomb". Ces personnes ont trouvé refuge en France dans les années 1980 à la condition d'abandonner la lutte armée.

L'extradition de Cesare Battisti en Italie rouvre un pan de l'histoire entre Rome et Paris. Après le renvoi par la Bolivie du militant d'extrême gauche vers son pays d'origine, où il a été incarcéré lundi 14 janvier, le gouvernement italien fait de nouveau pression sur la France pour obtenir la remise d'anciens activistes condamnés à la prison à vie lors des "années de plomb" pour des faits de terrorisme.

Quatorze personnes sont concernées en France. Certaines ont appartenu aux Brigades rouges, une organisation d'extrême gauche qui a commis de nombreux attentats et assassinats au nom de la lutte armée, notamment dans les années 1970 et 1980. D'autres avaient rejoint les groupes Potere Operaio et Lotta Continua, ensuite fondus dans l'Autonomie ouvrière.

"Ramener en Italie ces assassins"

"Je suis prêt à partir à Paris pour rencontrer [Emmanuel] Macron et ramener en Italie ces assassins", a claironné le ministre de l'Intérieur Matteo Salvini, samedi 19 janvier. Si le dossier, en réalité, est entre les mains de son homologue de la Justice, Alfonso Bonafede, le leader de la Ligue veut convaincre la France de lui remettre ces anciens militants condamnés par contumace il y a de nombreuses années. La ministre de la Justice française, Nicole Belloubet, juge "possible" la présence en France de ces quatorze anciens militants. Interrogée par France Inter, elle ajoute toutefois que Paris n'a "pas encore" reçu de nouvelles demandes d'extradition.

Le ministre de l\'Intérieur italien, Matteo Salvini, et le ministre de la Justice, Alfonso Bonafede, lors d\'une conférence de presse après l\'atterrissage de l\'avion transportant Cesare Battisti, le 14 janvier 2019 à l\'aéroport de Rome.
Le ministre de l'Intérieur italien, Matteo Salvini, et le ministre de la Justice, Alfonso Bonafede, lors d'une conférence de presse après l'atterrissage de l'avion transportant Cesare Battisti, le 14 janvier 2019 à l'aéroport de Rome. (ALBERTO PIZZOLI / AFP)

Rome n'a pas fourni le détail des noms de fugitifs présents en France, mais le quotidien Corriere della sera (en italien) évoque par exemple le cas de Marina Petrella, 64 ans, ex-membre des Brigades rouges condamnée à la prison à vie. Le gouvernement italien se pencherait également sur les cas d'Enrico Villimburgo, ex-membre des Brigades rouges condamné à perpétuité lors du troisième procès sur l'assassinat de l'ancien président du Conseil chrétien-démocrate Aldo Moro en 1978, de Giorgio Pietrostefani, fondateur du groupe Lotta Continua et condamné pour le meurtre d'un commissaire de police, ou encore de Narciso Manenti, condamné pour le meurtre d'un carabinier.

Cet ancien membre des Brigades rouges, installé dans le Loiret, a été interrogé par le Corriere della sera (en italien), après l'extradition de Cesare Battisti. A la tête d'une entreprise de services à domicile, il dit être devenu aujourd'hui un "homme très différent" d'alors et clame toujours son innocence. Il plaide aujourd'hui pour une amnistie des militants de la lutte armée condamnés dans cette période et reste convaincu que la France – "un pays laïque et de droit" – refusera de le remettre à l'Italie.

De tels témoignages sont rares car les anciens militants font profil bas, a fortiori depuis l'arrivée d'un gouvernement populiste dans leur pays natal. Un ancien fugitif, qui n'a plus à purger sa peine en raison d'un délai légal, évoque à franceinfo une consigne commune de silence, "au moins pour l'instant".

La "doctrine Mitterrand", simple déclaration de principe

Au-delà de ces cas, des centaines de militants de la lutte armée italienne ont rejoint la France au tournant des années 1980. "Ce pays était proche géographiquement, linguistiquement et culturellement de l'Italie", analyse la chercheuse Monica Lanzoni, qui consacre une thèse à la vie de ces activistes réfugiés en France. Mais ce sont les positions de François Mitterrand qui ont convaincu un grand nombre d'entre eux de gagner l'Hexagone. Le candidat avait déjà abordé la question lors de sa campagne, mais il affine sa vision une fois élu, notamment en 1985.

En présence du président du Conseil Bettino Craxi, le chef de l'Etat évoque le sort d'une trentaine d'Italiens "clandestins" jugés "dangereux" : "Ils ne seront extradés que s'il est démontré qu'ils ont commis des crimes de sang. Si les juges italiens nous envoient des dossiers sérieux (...) et si la justice française donne un avis positif, alors nous accepterons l'extradition." Mais pour la majorité des réfugiés, François Mitterrand veut conserver un statu quo. "Il s'agit d'héberger ceux qui ont rompu avec la machine infernale, le proclament et ont abordé une seconde phase de leur vie", précise-t-il au congrès de la Ligue des droits de l'homme, le 21 avril 1985.

J’ai dit au gouvernement italien que ces trois cents Italiens étaient à l’abri de toute sanction pour voie d’extradition.François Mitterrandau congrès de la Ligue des droits de l'homme

En parallèle, des groupes de travail interministériels sont mis en place par le magistrat Louis Joinet. "Vis-à-vis des ex-brigadistes, il y avait une stratégie mûrement réfléchie : on ne leur demandait pas de regretter leur passé mais de renoncer à la violence et à la clandestinité", expliquait-il en 2008 à Libération.

"L'idée du président français était de faire sortir ces anciens militants de la clandestinité et de voir s'ils avaient abandonné la lutte armée", résume Monica Lanzoni. La presse résume alors cette position par l'expression "doctrine Mitterrand", bien qu'elle n'ait aucune traduction dans la loi. Cette situation est qualifiée de "modus vivendi" par Monica Lanzoni, car le sort de ces fugitifs est suspendu à des décisions politiques. Ces paroles présidentielles suscitent un appel d'air au sein de la diaspora des militants de la lutte armée. Les archives consultées par la chercheuse évoquent le nombre de 300 à 350 réfugiés de ce type, mais "on peut penser que le nombre total a atteint un millier de personnes".

"Je pointais chaque semaine au commissariat"

Cesare Battisti est sans doute la figure la plus médiatique de cette période. Condamné pour quatre homicides, l'ancien membre des Prolétaires armés pour le communisme arrive en France en 1990, puis publie des romans noirs avant de prendre la fuite pour le Brésil en 2004. De nombreux comités de soutien appuyés par des personnalités médiatiques se forment pour plaider sa cause, ce qui est loin d'être la règle pour les autres réfugiés.

Cesare Battisti est le symbole du réfugié italien, mais cette image est un peu erronée car il s'agit d'un cas particulier. Il a fait carrière, a évolué dans un milieu intellectuel particulier par rapport aux autres réfugiés. Mais ces derniers n'ont pas vécu dans des cages dorées.Monica Lanzoni, historienneà franceinfo

C'est le cas d'Alessandro Stella. Poursuivi pour appartenance à une bande armée, cet Italien a rejoint la France en 1982 avant d'être définitivement condamné par contumace en Italie à six ans de prison, en 1988. Actif au sein du groupe Potere Operaio puis dans le mouvement d'Autonomie ouvrière, il conciliait alors des activités légales (distribution de tracts, réunions et manifestations) et illégales : vols de véhicules, "auto-réductions" de prix dans les magasins, opérations de "contrôle du territoire"… "A Padoue ou Vicenza, on bloquait les accès d'un quartier avec des cocktails Molotov, des fourgons volés et des pneus enflammés. Puis on attaquait les sièges de la démocratie-chrétienne, mais aussi les fascistes et leurs maisons."

En avril 1979, les policiers interpellent "une vingtaine de copains" engagés dans la lutte armée. En réponse, "nous avons décidé de commettre une série d'attentats dans plusieurs villes de Vénétie, contre des commissariats ou des casernes de carabiniers", raconte Alessandro Stella. Mais cette opération "Nuit de Feu" tourne court. Trois militants meurent dans la petite ville de Thiene en préparant une cocotte-minute explosive. "Un copain nous a avertis et je suis allé devant la maison ravagée, j'étais horrifié." C'est le début d'une cavale de deux ans, des planques improvisées tous les quinze jours et des braquages de banques. Il prend la fuite vers Paris, puis le Luxembourg et s'envole pour le Brésil avec un faux passeport.

Au Mexique, il prend connaissance de la position mitterrandienne dans les journaux et choisit de gagner la France. "A la fin du mois de février 1982, je me fais arrêter par un nuage de flics en civil lors d'un contrôle à Metz, dans le train entre le Luxembourg et Paris." 

Je passe une semaine en prison, et puis [le ministre de la Justice] Robert Badinter envoie un télégramme, ce qui me permet d'être libéré.Alessandro Stellaancien militant de Potere Operaio et de l'Autonomie ouvrière

"Les premiers temps, je suis suivi par les services secrets, mais cela ne dure pas, poursuit-il. Je devais pointer une fois par semaine au commissariat. Il fallait jouer le jeu. Je travaillais sur des chantiers, on louait des appartements à plusieurs."

"La fuite en France, une épreuve de confiance"

"A cette époque, tous se demandent s'ils peuvent faire confiance à la France, donner leurs noms et adresses à des avocats, analyse Monica Lanzoni. C'était une épreuve de confiance, car ils se plaçaient vraiment entre les mains des autorités françaises." Les fugitifs sont conscients de vivre sous une épée de Damoclès et les faits leur donnent parfois raison. En 1998, par exemple, des policiers armés et cagoulés débarquent à l'école de Camiac-Saint-Denis (Gironde) pour interpeller Sergio Tornaghi, venu y déposer sa fille.

Cet ancien membre de la colonne Walter Alasia des Brigades rouges avait été condamné par contumace à la prison à vie pour "participation à une bande armée" et "complicité de meurtre" après la mort violente d'un directeur de polyclinique, en 1981, à Milan. Mais son histoire, jusque-là, était ignorée de personnes qu'il côtoyait. "J'ai appris son passé à cette occasion, raconte un parent d'élève à franceinfo. Ils l'ont interpellé devant les gamins, à l'intérieur de l'établissement. C'était très brusque." Un comité de défense se met vite en place et des pétitions sont lancées pour soutenir ce voisin si discret.

L\'Italien Sergio Tornaghi (à droite) et son avocat Dominique Delthil, le 3 novembre 1998, avant de comparaître devant la chambre d\'accusation de la cour d\'appel de Bordeaux (Gironde).
L'Italien Sergio Tornaghi (à droite) et son avocat Dominique Delthil, le 3 novembre 1998, avant de comparaître devant la chambre d'accusation de la cour d'appel de Bordeaux (Gironde). (FRANCOIS GUILLOT / AFP)

Sergio Tornaghi est brièvement emprisonné à Gradignan, mais la cour de Bordeaux refuse finalement son extradition. En effet, la procédure italienne ne prévoit pas de nouveau procès lors du retour des condamnés par contumace, comme l'exige pourtant la Cour européenne des droits de l'homme. "Après ça, on en a parlé un peu au début avec les autres parents et puis il s'est fondu dans la région", poursuit le parent d'élève. Informaticien, Sergio Tornaghi lance une entreprise à Libourne, sans succès, avant de travailler au sein de la coopérative Coop'Alpha. "Il a quitté Camiac-Saint-Denis un peu vite, il y a près de deux ans. Depuis, je n'ai plus aucune nouvelle". Selon nos informations, Sergio Tornaghi a choisi de lancer un projet d'élevage en milieu rural.

Les fugitifs réclamés par Rome, comme Sergio Tornaghi, sont relativement isolés. Oreste Scalzone, cofondateur de Potere Operaio et théoricien de la violence politique, est aujourd'hui l'un des rares points de fixation pour cette diaspora de la lutte armée. "Il a notamment demandé aux autorités italiennes de reconnaître le caractère politique du statut de ces réfugiés, à travers un acte d'amnistie ou indulto, au lieu d'un caractère purement criminel", résume Monica Lanzoni. Lui-même condamné à neuf ans de prison pour appartenance à une bande armée et "association subversive", Oreste Scalzone a lancé dès les années 1980 un groupe informel d'assistance aux réfugiés italiens, basques et kurdes. Il évoque aujourd'hui (en italien) l'exemple de la commission de la vérité et de la réconciliation mise en place en Afrique du Sud.

Le cofondateur de Potere Operaio, Oreste Scalzone (au centre), manifeste le 30 juin 2004 devant la cour d\'appel de Paris qui a émis un avis favorable à l\'extradition de Cesare Battisti.
Le cofondateur de Potere Operaio, Oreste Scalzone (au centre), manifeste le 30 juin 2004 devant la cour d'appel de Paris qui a émis un avis favorable à l'extradition de Cesare Battisti. (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

Rien ne suggère l'existence d'une communauté de réfugiés italiens issue de cette période. "Il y a toujours eu des divisions entre les différentes âmes de la lutte italienne", explique Monica Lanzoni. En Italie, le grand débat sur la fin de la lutte armée se manifeste dans les prisons. A Paris, et plus largement en France, les différents courants poursuivent leurs discussions. "Il y a eu des moments tendus, des bagarres parfois intenses en France. Les groupes liés à l'Autonomie ouvrière de Toni Negri [philosophe qui avait cofondé Potere Operaio] sont restés par exemple entre eux."

Un tournant dans les années 2000

L'entrée de l'Italie dans l'espace Schengen, en octobre 1997, relance les débats sur la "doctrine Mitterrand". Dans un courrier, le Premier ministre, Lionel Jospin, garantit à des avocats que leurs clients ne seront pas inquiétés : "[Le gouvernement] n'a pas l'intention de modifier l'attitude qui a été celle de la France jusqu'à présent." Mais dans les années 2000, la France engage un dialogue avec les autorités italiennes, entraînant le réexamen de demandes d'extradition.

En 2002, fait inédit, l'ancien brigadiste Paolo Persichetti est ainsi renvoyé en Italie, alors que le pays est endeuillé par l'assassinat du juriste Marco Biagi par un commando des nouvelles Brigades rouges à Bologne. Au moment des faits, l'ex-militant donne pourtant des cours à l'université de Saint-Denis – il sera d'ailleurs mis hors de cause dans cette affaire. Il restera emprisonné pour un reliquat de peine, car il avait été condamné pour "complicité morale" dans l'assassinat d'un général en 1987.

La situation de Cesare Battisti fait également l'objet d'un traitement prioritaire et la France adopte un décret d'extradition en octobre 2004, après un avis favorable de la chambre de l'instruction en juin. Mais l'intéressé prend la fuite pour le Brésil. Puis vient le tour de Marina Petrella, ancienne brigadiste condamnée en Italie pour complicité de meurtre d'un policier, arrêtée en France en 2007 après signature d'un décret d'extradition. Nicolas Sarkozy renonce finalement à remettre l'ancienne terroriste à Rome, en invoquant des raisons de santé et une "clause humanitaire". Une décision qui suscite alors la colère des médias italiens.

Une réunion Paris-Rome prévue au mois de février 

La présidente d'une association italienne de victimes, Mariella Magi Dionisi, réclame aujourd'hui des extraditions "pour tous les fugitifs qui sont à l'étranger". Quel sera leur sort ? Officiellement, la "doctrine Mitterrand" n'a pas de valeur juridique. "Tous les dossiers font l’objet d’un traitement au cas par cas", précise le ministère de la Justice à franceinfo, tout en promettant que "les demandes d’extradition qui seraient reçues dans les prochains jours de la part des autorités italiennes feront l’objet d’une analyse approfondie, comme cela a été le cas depuis une dizaine d'années". Par ailleurs, une première rencontre informelle entre les ministères de la Justice italien et français est prévue en février, une première depuis 2002.

Le vent serait-il sur le point de tourner ? "J’ai peu de contacts avec ceux qui sont toujours sous le coup de leur condamnation, mais ils sont dans la crainte actuellement", résume Alessandro Stella. Aujourd'hui directeur de recherche au CNRS, l'ancien opéraïste est tiré d'affaire et peut même rentrer en Italie, mais il réclame encore et toujours l'amnistie pour ses semblables. "J'attends que le gouvernement français ne change pas sa politique dans le dossier. Ce n'est pas aux familles de victimes de demander qui doit aller en prison. On ne peut pas remplacer le droit positif par la loi du talion."

Vous êtes à nouveau en ligne