L'Italie met en place son revenu de citoyenneté pour les plus démunis

Luigi Di Maio, chef de file du Mouvement 5 étoiles, Giuseppe Conte, chef du gouvernement italien et Matteo Salvini, à la tête de la Ligue, présentent leurs mesures sociales le 17 janvier 2019.
Luigi Di Maio, chef de file du Mouvement 5 étoiles, Giuseppe Conte, chef du gouvernement italien et Matteo Salvini, à la tête de la Ligue, présentent leurs mesures sociales le 17 janvier 2019. (ALBERTO PIZZOLI / AFP)

Le gouvernement italien met en œuvre cette mesure à partir de mercredi, qui pourrait bénéficier à cinq millions d'habitants.  

En Italie, les personnes sans travail et sans ressources peuvent demander un revenu de citoyenneté à partir du mercredi 6 mars. Cette mesure phare de l'alliance populiste au pouvoir a été adoptée le 17 janvier dernier, afin de lutter contre la pauvreté, tout en relançant l'économie par la réinsertion et l'emploi. Un raisonnement qui laisse sceptique une bonne partie des économistes.

Un revenu minimum sous conditions

Plus qu’un revenu universel, il s’agit d’une allocation de base limitée aux ménages  très défavorisés. D'un montant maximum de 780 euros pour un célibataire, elle peut atteindre 1 300 euros pour une famille. Cette aide est soumise à de nombreuses conditions. Par exemple, un bénéficiaire ne pourra pas refuser plus de deux offres d'emploi. Marco, un Romain de 34 ans, peut prétendre au nouveau dispositif. Il est sans travail depuis plus d’un an et il n’est pas propriétaire. "L’État nous donne un minimum en attendant de nous retrouver un travail. C’est comme un coup de pouce pour nous qui sommes dans des situations difficiles, lance-t-il. Ce que j’espère surtout c’est qu’on m’aide à trouver un job."

Partout en Europe, il y a ce type d’aide sociale. Enfin, on l’a aussi en Italie !Marco, à Romeà franceinfo

L’allocation sera versée durant 18 mois. Des propositions d’emploi ou des formations doivent être proposées aux chômeurs. Et c'est là que le bât blesse. 

Une offre de travail limitée 

Il s'agit certes d'une mesure de lutte contre la pauvreté, commente l’économiste Veronica De Romanis, mais en aucun cas une mesure de relance, affirme la spécialiste.

Le problème en Italie, c’est qu’il n’y a pas beaucoup de demande de travail de la part des entreprises.Veronica De Romanisà franceinfo

"L’impact sur la croissance risque d’être limité cette année pour une dépense de six milliards. Il va être plus ou moins de 1,8 milliard, poursuit-elle. Donc assez limité." En Italie, cinq millions de personnes devraient bénéficier de ce revenu de citoyenneté. L’État le finance en augmentant son déficit budgétaire, ce qui avait déplu à la Commission européenne et donné lieu à un bras de fer.  

Le revenu de citoyenneté mis en place en Italie - un reportage de Mathilde Imberty
--'--
--'--

Vous êtes à nouveau en ligne