L'Italie débordée par l'immigration clandestine

Une embarcation remplie de migrants s\'approche des côtes de Lampedusa en février 2014
Une embarcation remplie de migrants s'approche des côtes de Lampedusa en février 2014 (Marine italienne)

Chaque jour ou presque de nouveaux migrants se pressent depuis l'Afrique pour atteindre les côtes italiennes. En période estivale, la traversée étant moins périlleuse, les passeurs s'enhardissent. Les migrants sont eux de plus en plus jeunes.

En un peu plus de 24 heures, la marine italienne a secouru trois embarcations transportants 94, 580 et 400 clandestins. La veille le bilan de la journée s'élevait à 2500 clandestins secourus récupérés sur 17 bateaux!

Les opérations ont lieu en haute mer, à quarante milles nautiques au sud des côtes de la petite île de Lampedusa. Mais les migrations se font également légèrement plus à l'ouest, cette fois directement vers la Sicile, par le détroit qui sépare l'île de la Tunisie.

Des passagers par milliers que l'Italie gère avec de plus en plus de difficultés. «Ce qui se passe est hors contrôle et constitue un drame inhumain.» lance le maire du petit port sicilien de Porto Empedocle. L'Italie ne cesse de demander le soutien de l'Union européenne.

Des bateaux sont secourus et des passeurs sont arrêtés au milieu des migrants où ils se fondent pour échapper à la police. Sept passeurs ont été interpellés dont quatre Tunisiens accusés d'avoir débarqué 1300 migrants à Augusta en Sicile.

Un autre phénomène s'accentue. Les migrants sont de plus en plus jeunes. En fait ils sont souvent choisis au sein de leur famille. Car s'ils passent les contrôles, ils pourront travailler en Europe et assurer le soutien de leur famille.

C'est en tout cas comme cela que les pauvres du Sud s'imagine l'Europe. La traversée meurtrière, la vie clandestine, le travail de misère ne freinent pas leurs illusions.
Vous êtes à nouveau en ligne