Italie : la Ligue soupçonnée d'avoir sollicité un financement russe

Le ministre de l\'Intérieur italien, Matteo Salvini, à Mineo, en Sicile (Italie), le 9 juillet 2019.
Le ministre de l'Intérieur italien, Matteo Salvini, à Mineo, en Sicile (Italie), le 9 juillet 2019. (ANDREAS SOLARO / AFP)

Le chef de la Ligue, le ministre de l'Intérieur et vice-président du Conseil Matteo Salvini, nie que son parti ait reçu de l'argent de Moscou.

Matteo Salvini, le ministre de l'Intérieur italien et chef de la Ligue (extrême droite), est cerné. Le parquet italien a ouvert, jeudi 11 juillet, une enquête à la suite d'informations de presse selon lesquelles la Ligue est accusée d'avoir cherché à obtenir des millions d'euros via un accord pétrolier secret avec la Russie. L'enquête est menée par Fabio De Pasquale, un magistrat à la tête d'une équipe spécialisée dans les affaires économiques internationales.

Le site américain Buzzfeed (en anglais) a diffusé, mercredi 10 juillet, un enregistrement audio d'une rencontre à Moscou où l'on peut entendre l'ancien porte-parole de Matteo Salvini, Gianluca Savoini, discuter de ce possible accord entre la Ligue et la Russie.

En février, l'hebdomadaire L'Espresso avait déjà fait état d'une entrevue entre Gianluca Savoini et des hommes d'affaires russes en octobre 2018 à Moscou. Le principal intéressé avait alors démenti. Mais, interrogé jeudi par les médias italiens, l'ancien porte-parole de Matteo Salvini a reconnu avoir rencontré des émissaires russes. Toutefois, il a nié toute malversation et réaffirmé que la Ligue n'avait reçu aucun argent de la Russie.

"Pas un rouble", se défend Salvini

De son côté, Matteo Salvini a démenti tout financement de son mouvement par la Russie. "J'ai déjà porté plainte par le passé, je le ferai aujourd'hui, demain et après-demain : (je n'ai) jamais pris un rouble, un euro, un dollar ou un litre de vodka de financement de la Russie", a-t-il écrit dans un communiqué, mercredi.

La loi italienne interdit aux partis politiques d'accepter des dons de la part d'entités étrangères. Le Parti démocrate (opposition de centre gauche) a réclamé l'audition de Salvini devant le Parlement.

Matteo Salvini a effectué plusieurs visites à Moscou ces dernières années et réclamé plusieurs fois la levée des sanctions économiques imposées à Moscou par l'Union européenne après l'annexion de la Crimée en 2014. Vladimir Poutine, qui s'est rendu la semaine dernière à Rome, a déclaré au quotidien Il Corriere della Sera (en italien) qu'il était en "contact constant" avec la Ligue. "Salvini a une attitude bienveillante vis-à-vis de notre pays", a déclaré le président russe.

Vous êtes à nouveau en ligne