Viaduc de Gênes : la ville redoute le chaos

Voir la vidéo
France 3

Le viaduc autoroutier qui s'est effondré mardi 14 août était un maillon routier essentiel pour pouvoir traverser la ville sans avoir à passer par le centre. Un point de passage incontournable dont l'absence va compliquer la vie des habitants.

Depuis l'effondrement de la partie centrale du pont Morandi, mardi 14 août, l'ensemble du trafic s'est reporté sur un axe à deux voies qui longe le port de Gênes. Une situation particulièrement difficile à gérer pour la ville italienne, puisque 26 millions de véhicules empruntaient le viaduc chaque année. Il faut parfois plus de 30 minutes pour parcourir à peine 300 mètres. Des embouteillages qui provoquent la colère de certains automobilistes et chauffeurs routiers.

L'activité portuaire perturbée

Avec le viaduc, c'est un axe stratégique qui s'est effondré. Cette autoroute, très importante pour relier les deux parties de la ville et permettre d'accéder au port, poumon économique de la cité, est également une voie très empruntée par ceux qui arrivent du sud de la France. "On s'attend à perdre 30 à 40% de chiffre d'affaires", explique Marco Marcello, directeur d'un terminal du port de Gênes.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne