VIDEO. "Notre vie s'est effondrée" : les voisins du pont résignés après le drame de Gênes

FRANCE 2

À Gênes, en Italie, les corps des dernières victimes ont pu être extraits des décombres du pont Morandi, effondré mardi 14 août. Les travaux de déblaiement vont pouvoir s'accélérer. Les habitants des environs du viaduc, résignés, savent qu'ils ne pourront pas regagner leur logement avant plusieurs mois.

Dans ce qui n'est plus qu'un amas de tôle et de béton, les recherches de victimes éventuelles se terminent à Gênes (Italie). Ce sont maintenant les pelleteuses qui vont faire l'essentiel du travail de déblaiement. Sous le pont, traverse une rivière en hiver. Pour éviter de futures inondations, il faut maintenant se dépêcher de libérer son lit avant la prochaine crue. Quant aux habitants du quartier, ils continuent d'aller chercher leurs affaires dans les appartements, qui pourraient être rasés.

"On attend les faits"

Alors, les résidents se raccrochent comme ils le peuvent aux promesses de compensation financière faites hier, samedi 18 août, par le gestionnaire du viaduc. "On verra. Pour l'heure, ce sont des paroles. On attend les faits. Une fois que le pont s'est écroulé, c'est notre vie qui s'est effondrée. Tous nous souvenirs, nos sacrifices, sont dans cette maison. Nous devons repartir de zéro", lâche une riveraine. La société d'autoroute a promis 500 millions d'euros disponibles dès demain, lundi 20 août. Insuffisant pour le gouvernement italien, qui parle d'une simple aumône.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne