"Je suis content qu’on y arrive !" : un an après l’effondrement du pont Morandi, Gênes inaugure le premier tronçon du nouveau viaduc

Le premier tronçon du nouveau pont, installé le 1er octobre par une grue.
Le premier tronçon du nouveau pont, installé le 1er octobre par une grue. (VALERY HACHE / AFP)

Le premier tronçon est inauguré mardi en grande pompe, un peu plus d'un an après l'effondrement meurtrier du pont Morandi qui avait traumatisé Gênes le 14 août 2018.

Certosa était encore il y a quelques semaines isolé du reste de la ville. Le quartier, maintenant, a repris vie : les magasins sont ouverts. Ici un fleuriste, là un mécanicien. Un peu plus d'un an après l'effondrement du pont Morandi à Gênes le 14 août 2018, un premier tronçon a été inauguré mardi matin en grande pompe avec la présence notamment du président du Conseil Giuseppe Conte. Le nouveau viaduc prend forme alors que le quartier Certosa vient à peine de sortir de son isolement.

"Il faudra du temps"

Ce matin, Mauro, 65 ans, verra de son balcon le premier tronçon du pont. "Il y a les grues, très grandes, qui le monteront juste au-dessus, explique-t-il. Au moins, on voit là le premier tronçon : on verra ensuite les autres, c’est logique." "Je suis content, poursuit Mauro, que finalement on y arrive. Mais il faudra du temps."

De sa fenêtre, Mauro a étendu un grand drap sur lequel on peut lire "Poussière, amiante, 4 800 mg par kilo : les enfants remercient le maire." Car les enfants jouent au football dans ce quartier populaire, qui vit au rythme des travaux. Mais pour l’adjointe au maire chargée du tourisme, Laura Gagero, il fallait faire vite : "Notre maire, très peu de temps après l’écroulement du pont, a dit 'Nous ne sommes pas à genoux.' Parce que nous réagissons tout de suite. Et nous nous sommes mis à reconstruire." Il reste désormais un peu plus de six mois au maire de Gênes pour qu’il tienne sa promesse d’inaugurer, cette fois-ci, le pont en entier.

Un an après l’effondrement du pont Morandi, Gênes inaugure le premier tronçon du nouvel édifice - reportage Bruce de Galzain
--'--
--'--

Vous êtes à nouveau en ligne