Gênes : "En France, tous les ponts font l'objet de visites annuelles et de visites plus détaillées tous les trois ans", assure la ministre en charge des Transports

La ministre de la Transition écologique et solidaire, en charge des Transports, Elisabeth Borne (2018).
La ministre de la Transition écologique et solidaire, en charge des Transports, Elisabeth Borne (2018). (ERIC PIERMONT / AFP)

Élisabeth Borne affirme sur franceinfo que la priorité en matière de transports, c'est la sécurité et rappelle que le gouvernement a augmenté de 100 millions d'euros les crédits pour l'entretien des ouvrages en 2018.

"La sécurité sera la priorité de la programmation des infrastructures que je présenterai à la rentrée", a annoncé mercredi 15 août sur franceinfo Élisabeth Borne. La ministre en charge des Transports auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire réagissait à la catastrophe de Gênes en Italie, qui a fait plusieurs dizaines de morts dont quatre Français lors de l'effondrement d'un viaduc. Elle assure qu'"en France, tous les ponts font l'objet de visites annuelles et de visites plus détaillées tous les trois ans".

franceinfo : Le gouvernement italien pointe du doigt la responsabilité de la société concessionnaire, y a-t-il eu des manquements ?

Élisabeth Borne : Il est trop tôt pour connaître les causes de l'effondrement et j'appelle chacun a beaucoup de prudence et à ne pas tirer de conclusions avant de savoir ce qu'il s'est passé. Je ne doute pas que les autorités italiennes auront à cœur de faire toute la vérité et on sera bien sûr attentifs à cette enquête et aux conclusions qui pourront en être tirées. Les experts français en matière de construction de ponts et viaducs se tiennent à disposition des autorités italiennes pour accompagner cette enquête.

Quel rôle jour l'État dans la surveillance de l'état des structures de ce genre ?

La sécurité est la priorité des priorités en matière de transports. En France, toutes nos infrastructures, qu'elles soient concédées ou non, font l'objet d'une surveillance permanente, les ponts font l'objet de visites annuelles, qu'ils soient sur le réseau concédé ou non-concédé, avec des inspections plus détaillées tous les trois ans sur le réseau non concédé, tous les deux ans pour les ouvrages et ponts des sociétés concessionnaires. Tous les ponts, tous les tunnels, ont été mis en sécurité, et font l'objet d'une surveillance particulière, de même que les chaussées.

Il y a des centaines, des milliers de ponts en France, notamment des viaducs importants, on pense au pont de Normandie ou au viaduc de Millau, comment se passe la maintenance ?

Ca dépend si l'on est sur un réseau concédé ou non. Ces grands viaducs, notamment celui de Millau, sont de conception beaucoup plus récente, il y a de nombreux capteurs. Il y a des obligations pour les sociétés concessionnaires de faire des visites annuelles, d'en rendre compte à l'État. Des vérifications sont effectuées par l'État, y compris sur des ouvrages de sociétés concessionnaires. Ça montre toute l'importance de l'entretien des ouvrages. C'est tout le sens de la réorientation de la priorité en termes d'infrastructures que mène le gouvernement depuis un an. C'est pour ça que pour ce premier budget, en 2018, on a augmenté de 100 millions d'euros les crédits pour l'entretien des ouvrages. La priorité c'est la sécurité, et ce sera la priorité de la programmation des infrastructures que je présenterai à la rentrée. Sur le réseau routier national, on est passés de 700 millions d'euros en 2017 à 800 millions d'euros cette année, et ça va continuer à augmenter dans les prochaines années. C'est un peu comme quand vous entretenez votre maison, si vous ne faites pas les petits travaux régulièrement, vous aurez des coûts beaucoup plus importants de remise en état.

Vous êtes à nouveau en ligne