LA PHOTO. La fièvre du Pokémon Go gagne des Gazaouies, au milieu des ruines

Mais celle de femmes, les yeux rivés sur leurs smartphones, prises au jeu du moment dont les médias et les réesaux sociaux parlent le plus. Si Pokémon Go a déjà fait des milliers d\'émules dans le monde, son lancement officiel en France et au Japon, très attendu par les joueurs, est redouté par les autorités pour des questions de sécurité. Car il pourrait donner lieu à des rassemblements massifs comparables à celui de Central Park, à New York, début juillet. Ce succès surréaliste a même conduit la marine israélienne à publier une photo de ses forces capturant un Pokémon en pleine mer, avec la mention: «Il y a des Pokémon que nous seuls pouvons attraper». Côté palestinien, dans un tweet largement relayé, on voit Pikachu émerger des décombres d\'une maison à Gaza. En Bosnie, les joueurs ont été mis en garde pour éviter les champs de mines, héritage de la guerre intercommunautaire qui a touché le pays entre 1992 et 1995. 
Mais celle de femmes, les yeux rivés sur leurs smartphones, prises au jeu du moment dont les médias et les réesaux sociaux parlent le plus. Si Pokémon Go a déjà fait des milliers d'émules dans le monde, son lancement officiel en France et au Japon, très attendu par les joueurs, est redouté par les autorités pour des questions de sécurité. Car il pourrait donner lieu à des rassemblements massifs comparables à celui de Central Park, à New York, début juillet. Ce succès surréaliste a même conduit la marine israélienne à publier une photo de ses forces capturant un Pokémon en pleine mer, avec la mention: «Il y a des Pokémon que nous seuls pouvons attraper». Côté palestinien, dans un tweet largement relayé, on voit Pikachu émerger des décombres d'une maison à Gaza. En Bosnie, les joueurs ont été mis en garde pour éviter les champs de mines, héritage de la guerre intercommunautaire qui a touché le pays entre 1992 et 1995.  (MOMEN FAIZ / NURPHOTO (14 juillet 2016))

Pokémon Go est le jeu plus téléchargé sur les mobiles de la planète, y compris de manière détournée. Différent d’un jeu vidéo classique, il consiste à capturer des créatures fantastiques cachées dans le monde réel, de préférence à l'extérieur. Déjà 15 millions d'Américains sont accro à cette chasse aux monstres qui captive le grand public jusque dans des territoires inattendus comme Gaza.

A Gaza, ce n'est pas une scène de tirs entre le Hamas et Israël. Mais celle de femmes, les yeux rivés sur leurs smartphones, prises au jeu du moment dont les médias et les réesaux sociaux parlent le plus. Si Pokémon Go a déjà fait des milliers d'émules dans le monde, son lancement officiel en France et au Japon, très attendu par les joueurs, est redouté par les autorités pour des questions de sécurité. Car il pourrait donner lieu à des rassemblements massifs comparables à celui de Central Park, à New York, début juillet. Ce succès surréaliste a même conduit la marine israélienne à publier une photo de ses forces capturant un Pokémon en pleine mer, avec la mention: «Il y a des Pokémon que nous seuls pouvons attraper». Côté palestinien, dans un tweet largement relayé, on voit Pikachu émerger des décombres d'une maison à Gaza. En Bosnie, les joueurs ont été mis en garde pour éviter les champs de mines, héritage de la guerre intercommunautaire qui a touché le pays entre 1992 et 1995. 
Vous êtes à nouveau en ligne