Israël : des interrogations sur l’ampleur des représailles

(En Israël, une riposte à l'étude après la mort destrois jeunes gens disparus le 12 juin © Maxppp)

Malgré la désignation du Hamas comme responsable de la mort de trois jeunes israéliens, aucune décision n’a été prise sur la nature et l’ampleur de la riposte envisagée. Une réunion du cabinet de sécurité serait à nouveau prévue mardi soir.

Pas de décision dans la précipitation, c'est ce qui semblé prévaloir en Israël, après la découverte lundi des corps des trois jeunes gens disparus le 12 juin et retrouvés lundi. Leur inhumation est prévue mardi après-midi. 

Une émotion sous haute surveillance

Au départ, les corps des trois jeunes Israéliens devaient être enterrés séparément, mais après avoir consulté la police et leur rabbin, les familles ont décidé de les enterrer ensemble, côte à côte. Les funérailles sont prévues en fin d’après midi ce mardi, à Modiine, à quelques kilomètres des résidences des adolescents. En Cisjordanie, la ville d’Hébron est entièrement bouclée, comme plusieurs villages aux alentours. Le secteur est placé sous surveillance de l’armée israélienne. Elle laisse toutefois passer quelques véhicules palestiniens après un rapide contrôle. Des milliers de soldats sont actuellement déployés dans la zone. L’armée craint que les deux suspects recherchés depuis la disparition des jeunes gens, ne parviennent à s’enfuir de la zone d’Hébron.

L'ampleur de la riposte à l'étude

Les maisons des deux suspects ont été presque entièrement détruites à l’explosif lundi soir, mais à ce stade, ce sont les seules représailles tangibles des autorités israéliennes. Dans le même temps, le cabinet de sécurité présidé par le Premier ministre s’est réuni pendant trois heures, sans parvenir à définir une stratégie. Un nouveau rendez-vous autour de Benjamin Netanyahu est prévu après les funérailles, mais le gouvernement israélien reste très divisé sur la riposte à apporter à la mort des trois jeunes gens. D’un côté, la droite dure appelle à des représailles lourdes et massives. De l’autre côté, les ministres du centre préfèreraient une réponse mesurée.