EN IMAGES. En Iran et dans le monde, un mois de contestation après la mort de Mahsa Amini

Depuis la mort de la jeune étudiante le 16 septembre à Téhéran, quelques jours après son arrestation par la police des mœurs, les manifestations ne faiblissent pas en Iran malgré la répression. Le mouvement s'est même étendu à travers le monde.

La colère populaire ne retombe pas. Un mois après la mort de la jeune Iranienne de 22 ans Mahsa Amini, le 16 septembre, arrêtée par la police des mœurs à Téhéran pour non-respect du code vestimentaire de la République islamique d'Iran, les manifestations ne faiblissent pas dans le pays. Malgré la répression – 122 personnes ont été tuées selon l'ONG Iran Human Rights – un mouvement d'ampleur est né, et certaines femmes enlèvent leur voile ou se coupent une mèche de cheveux en guise de protestation.  

GRAND ENTRETIEN. Manifestations en Iran : "Nous sommes face à une situation avec un énorme potentiel révolutionnaire"

Alors que des milliers de personnes ont aussi été arrêtées, cette protestation a même essaimé à travers le monde. Tour d'horizon, en images, de la contestation en Iran et ailleurs. 

112
Deux jours après la mort suspecte de Mahsa Amini, arrêtée par la police des mœurs, plusieurs journaux iraniens font leur une, le 18 septembre 2022, sur cette jeune femme de 22 ans qui va rapidement devenir un symbole en Iran. FATEMEH BAHRAMI / ANADOLU AGENCY
212
Dès le 19 septembre 2022, des Iraniens descendent dans les rues de la capitale du pays, Téhéran, pour manifester. AFP
312
De jour comme de nuit, les Iraniens et les Iraniennes manifestent dans les rues de Téhéran, comme ici, le 19 septembre 2022. AFP
412
Les manifestations à Téhéran sont rapidement réprimées par la police. Selon un bilan au 17 octobre 2022 de l'ONG Iran Human Rights, 122 personnes ont été tuées dans cette répression. AFP
512
Les manifestations s'étendent rapidement à la région, comme ici à Erbil, dans le Kurdistan irakien, le 24 septembre. SAFIN HAMED / AFP
612
En France, une première manifestation est organisée le 24 septembre 2022 à Paris. Le slogan "Femme, vie, liberté" va devenir le cri de ralliement de la contestation en Iran. FIORA GARENZI / HANS LUCAS
712
Avant leur match face au Sénégal, le 27 septembre 2022 à Maria Enzersdorf (Autriche), les joueurs iraniens de l'équipe de football ont mis une doudoune par-dessus leur maillot pendant l'hymne national afin de protester contre la répression en Iran. ROBBIE JAY BARRATT - AMA / GETTY IMAGES EUROPE
812
Alors qu'il était reproché à Mahsa Amini d'avoir porté le voile de manière inappropriée et d'avoir laissé paraître des mèches de cheveux, des femmes du monde entier, comme ici à Istanbul, en Turquie, le 2 octobre 2022, coupent leurs cheveux en soutien aux femmes iraniennes. BULENT KILIC / AFP
912
Le guide suprême iranien Ali Khamenei sort de son silence le 4 octobre 2022 et accuse les Etats-Unis et Israël, deux ennemis jurés de l'Iran, d'avoir fomenté le mouvement de contestation en Iran. IRANIAN LEADER PRESS OFFICE / HA / ANADOLU AGENCY
1012
Alors que les protestations continuent dans le pays, d'autres Iraniens manifestent de leur côté pour soutenir le gouvernement et les forces de police, comme ici à Téhéran, le 6 octobre 2022. FATEMEH BAHRAMI / ANADOLU AGENCY
1112
Le journal de la télévision d'Etat est piraté en plein discours du guide suprême Ali Khamenei, le 9 octobre 2022 : les hackers y ont diffusé la photo de Mahsa Amini et de trois femmes iraniennes tuées pendant la répression en Iran. AFP / TWITTER / @EDALATEALI1400
1212
Au moins huit personnes sont mortes le 15 octobre 2022 dans l'incendie de la prison d'Evine, au nord de Téhéran, où sont détenus les opposants et les citoyens étrangers. Si les autorités affirment que les troubles à Evine ne sont pas liés aux manifestations, les ONG ont mis en doute cette version, alors que le mouvement de contestation continue à travers le pays. KOOSHA MAHSHID FALAHI / MIZAN
Vous êtes à nouveau en ligne