Iran : Renault défie les Américains

France 2

Renault fait de la résistance en Iran : alors que presque toutes les entreprises françaises plient bagage, le constructeur automobile se dit prêt à rester, malgré les menaces de sanction des États-Unis.

On reconnaît la silhouette de la machine, mais pas forcément son nom : la Tondar fait partie des 162 000 véhicules produits et vendus l'an passé en Iran par Renault, soit 10% du marché local. Et ce n'est pas le retour de l'embargo américain qui décourage le constructeur français de continuer.

"En fonction de ce dialogue, nous adapterons la voilure en Iran"

Le patron Carlos Ghosn a réaffirmé en Assemblée générale son intention de rester en Iran. Et pour éviter les mesures de rétorsion, il discute aussi avec l'administration américaine. "En fonction de ce dialogue, nous adapterons la voilure en Iran, a-t-il expliqué. Ceci étant dit, nous n'abandonnerons pas, même si nous devons réduire la voilure très fortement, nous resterons, avec une voilure réduite, parce que nous sommes persuadés que dans un an, dans deux ans, dans trois ans, dans quatre ans, à un moment, ce marché rouvrira". Stratégie différente pour PSA, qui fait savoir dans un communiqué le 4 juin dernier que "le groupe a commencé le processus de suspension des activités (...) afin de se conformer à la loi américaine d'ici le 6 août 2018".

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne