L'Iran a saisi un nouveau pétrolier étranger dans le golfe Persique, affirme l'agence de presse officielle

Une navette et un hélicoptère des Gardes de la Révolution iraniens autour du \"Stena Impero\", un tanker à pavillon britannique saisi par l\'Iran, ici le 21 juillet 2019 dans le golfe Persique.
Une navette et un hélicoptère des Gardes de la Révolution iraniens autour du "Stena Impero", un tanker à pavillon britannique saisi par l'Iran, ici le 21 juillet 2019 dans le golfe Persique. (HASAN SHIRVANI / AP / SIPA)

C'est le troisième navire arraisonné dans la zone par l'Iran dans le mois qui a suivi la saisie d'un de ses propres navires à Gibraltar.

Alors que les relations entre l'Iran, les Etats-Unis et le Royaume-Uni restent tendues, l'agence de presse officielle iranienne IRNA annonce, dimanche 4 août, la saisie d'un nouveau "navire étranger" dans le golfe Persique. Elle cite un communiqué des Gardiens de la Révolution. Il s'agirait de la troisième saisie de ce type par l'Iran en moins d'un mois.

Un navire iranien toujours retenu à Gibraltar

IRNA ne précise pas la nationalité du navire qui a été arraisonné par les forces navales des Gardiens de la Révolution, mais indique qu'il transportait "700 000 litres de carburant de contrebande autour de l'île de Farsi", dans le nord du golfe Persique, en direction selon eux des pays arabes du Golfe. Il a été dérouté vers le  port iranien de Bouchehr.

Le 14 juillet, l'Iran a saisi un pétrolier battant pavillon panaméen, le Riah, accusé lui aussi d'avoir transporté du carburant de contrebande. Puis, le 18 juillet, ce sont deux tankers qui avaient été saisis au niveau du détroit d'Ormuz. L'un d'eux, battant pavillon du Liberia, avait rapidement été relâché, mais le second, le Stena Impero, navire britannique, est toujours retenu. Téhéran avait menacé de représailles après la saisie d'un de ses propres navires le 4 juillet par les autorités du territoire britannique de Gibraltar, qui est lui aussi toujours retenu.

Fin juillet, le chef de la diplomation britannique Dominic Raab avait réfusé l'idée d'un échange entre les deux navires, auquel l'Iran avait laissé entendre qu'il était ouvert.

Ces saisies de navires ne sont qu'une des manifestations des tensions qui s'expriment dans la région du golfe Persique depuis plusieurs mois, liées notamment au rétablissement de sanctions économiques contre l'Iran par les Etats-Unis.

Vous êtes à nouveau en ligne