Après de longs mois de retard, le long-courrier Boeing 777X réussit son premier vol inaugural

Le Boeing 777X devant les employés du constructeur aéronautique, lors de son vol inaugural, le 25 janvier 2020 à Seattle (Etats-Unis).
Le Boeing 777X devant les employés du constructeur aéronautique, lors de son vol inaugural, le 25 janvier 2020 à Seattle (Etats-Unis). (JASON REDMOND / AFP)

Englué dans une crise sans précédent depuis les accidents de deux 737 MAX, en octobre 2018 et mars 2019, le constructeur aéronautique avait absolument besoin d'une bonne nouvelle.

Il était 10h10 heure locale (19h10 heure de Paris) quand les roues de l'appareil se sont détachées de la piste. Le plus grand biréacteur au monde, le Boeing 777X, a effectué son premier vol inaugural, samedi 25 janvier, après de longs mois de retard et une météo capricieuse ces derniers jours.

L'appareil, en livrée bleu et blanc et aux longues ailes dotées chacune d'un énorme réacteur, s'est engouffré dans les nuages au-dessus de Paine Field, à Everett, à quelque 50 kilomètres au nord de Seattle. Puis l'avion s'est posé à Boeing Field, après environ quatre heures de vol dans le ciel de l'Etat de Washington, dans le nord-ouest des Etats-Unis.

La crise du 737 MAX, l'avion vedette du constructeur cloué au sol depuis mars, après la mort de 346 personnes, était dans tous les esprits, y compris celui du directeur de la division commerciale.

Les premières livraisons attendues dans un an

Ce vol inaugural, avec seulement deux pilotes à bord, marque le début de toute une batterie de tests en vol devant mener à la certification. Il était initialement prévu à l'été 2019, mais a dû être repoussé en raison de problèmes avec le nouveau moteur GE9X, fabriqué par General Electric, et de difficultés avec les ailes et la validation des logiciels. L'avion a aussi rencontré des problèmes importants lors d'essais de pressurisation.

Le 777X, qui peut transporter de 384 à 426 passagers, présente un carnet de commandes de 340 unités, principalement de la part de sept grandes compagnies aériennes, dont Emirates, Lufthansa, Cathay Pacific, Singapore Airlines et Qatar Airways. Il est censé concurrencer l'A350 de l'avionneur européen Airbus. Les premières livraisons ne sont pas attendues avant "début 2021", au lieu de mi-2020 comme prévu initialement, car la période des vols d'essai devrait être allongée et la procédure d'homologation approfondie.

Vous êtes à nouveau en ligne