Brouille diplomatique entre la France et l'Iran

Paris hausse le ton face à l'Iran. Le gouvernement réclame la libération de deux chercheurs enfermés dans le pays depuis juin dernier.

La chercheuse franco-iranienne Fariba Adelkhah est détenue depuis six mois à Téhéran. Elle a surtout entamé une grève de la faim depuis cinq jours. Ses collègues ont eu de ses nouvelles pour la première fois grâce à un courrier qui est sorti de sa prison et qu'elle a signé avec une de ses codétenues. "On sait par cette lettre que les deux chercheurs ont réussi à faire sortir de la prison, qu'ils ont subi des tortures psychologiques et des violations du droit humain", explique Marielle Delbos, chercheur à l'université Paris-Nanterre.

Interférence selon Téhéran

Avec son compagnon Roland Marchal, ils ont été arrêtés à Téhéran. Il y a 15 jours, Emmanuel Macron avait sommé les autorités iraniennes les libérer. Paris a haussé le ton de nouveau. L'ambassadeur d'Iran a été convoqué par le Quai d'Orsay. La position de la France serait une "interférence inacceptable" pour Téhéran qui accuse ces deux chercheurs d'être des espions. Impensable pour leurs proches, mais la justice iranienne a refusé leur libération sous caution.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne