Iran

Une «page en or dans l\'histoire de l\'Iran». C\'est ainsi que qualifie Hassan Rohani cette première visite en Europe depuis la levée des sanctions économiques et financières contre l\'Iran le 17 janvier dernier. Une semaine après dans ses bagages, le président iranien emmène avec lui une délégation de 120 personnalités, dont de nombreux hommes d\'affaires. «L\'Italie était le premier partenaire économique et commercial de l\'Iran avant les sanctions», et entend retrouver cette place, avait souligné il y a quelques mois la ministre italienne du Développement économique, Federica Guidi. Avant l\'entrée en vigueur des sanctions, les échanges entre l\'Italie et l\'Iran s\'élevaient à 7 milliards d\'euros. Ils sont actuellement de quelque 1,6 milliard, dont 1,2 milliard d\'exportations italiennes. Mais la première annonce commerciale d\'envergure depuis la levée des sanctions concerne Airbus. Téhéran l\'a annoncé, le 23 janvier 2016, indiquant qu\'il allait acheter 114 avions. M. Rohani doit signer cet accord le 26 janvier à Paris. Mais cette reprise des échanges inquiète les opposants à la peine de mort en Iran. Le sujet pourrait être abordé avec le pape François, même si le Saint-Siège se félicite du ton plus modéré de la République islamique depuis l\'arrivée au pouvoir de M. Rohani, élu dès le premier tour de l\'éléction présidentielle, le 15 juin 2013. 

LA PHOTO. Le président iranien en Italie, première étape de sa visite en Europe

Le président soudanais Omar Al-Bachir, le jour de l\'ouverture du Forum national de dialogue au Soudan, le 10 octobre 2015 à Khartoum. 

Le Soudan dément que sa rupture avec l’Iran puisse le rapprocher d’Israël

Sourire du nouveau président iranien, Hassan Rohani, en juin 2013 à Téhéran.

Elections en Iran: les conservateurs contre Rohani

A Téhéran, le 29 juillet 2015, le chef de la Diplomatie française Laurent Fabius transmet au président iranien Hassan Rohani une invitation du président François Hollande à se rendre en France.

Le retour de l’Iran fait saliver les multinationales et donne des ailes à Rohani

Les dix marins américains, dont une femme (la tête couverte au centre de l\'image), égarés dans les eaux territoriales iraniennes, arrêtés et libérés après avoir présenté des excuses et témoigné avoir été bien traités lors de leur brève détention, le 13 janvier 2015.

Téhéran tient la dragée haute à Washington dans les eaux du Golfe

Yossi Cohen (à droite), nommé par Benjamin Netanyahu nouveau patron du Mossad depuis le 7 décembre 2015, affirme que l’Iran reste le principal défi d’Israël.

Israël en position de bouclier du camp arabo-sunnite face au camp irano-chiite

Des femmes chiites de Qatif manifestent après l\'exécution de l\'opposant Cheikh Nimr Baqer al-Nimr par les autorités saoudiennes, le 2 janvier 2016.

Les chiites d'Arabie Saoudite refusent d'être instrumentalisés par l'Iran

A Bahreïn, une femme manifeste dans le village de Jidhafs, à l\'ouest de Manama, la capitale, contre l\'exécution de l\'important dignitaire religieux chiite Nimr al-Nimr par les autorités saoudiennes , le 2 Janvier 2016. Bahreïn compte une majorité de chiites comme la région d\'Arabie saoudite, riche en pétrole, où le religieux exécuté a été un moteur dans les manifestations qui ont éclaté en 2011 pour protester contre ce que les chiites considèrent comme leur marginalisation dans le royaume. Sur le panneau on peut lire : «soyez damnés» .

LA PHOTO. Protestations dans le monde chiite après l'exécution d'un religieux

Manifestation d\'Iraniennes place de l\'Imam Hossein à Téhéran, le 4 janvier 2016, pour dénoncer l\'exécution de l\'opposant chiite, cheikh Nimr Baqer al-Nimr par les autorités saoudiennes.

La crise entre Ryad et Téhéran met la communauté internationale en alerte

Un bateau rouille au sec sur ce qui fut la rive du lac d\'Oroumieh.

Sécheresse en Iran: le pays joue sa survie

L\'ayatollah Khameini s\'exprime devant des étudiants, le 3 novembre 2015, à Téhéran (Iran).

Les Etats-Unis tentent d'infiltrer l'Iran grâce "à l'argent et au sexe", selon l'ayatollah Khameini

Capture d\'écran d\'une vidéo diffusée sur You Tube par le Front islamique, le 22 novembre 2013, pour annoncer la création d\'une coalition de six groupes islamistes armés combattants dans divers endroits en Syrie, pour renverser le régime de Bachar al-Assad.

L’Arabie Saoudite tente d’unifier les rangs d’une opposition syrienne morcelée

A l\'issue de sa rencontre avec le Premier ministre libanais Tammam Salam (à droite) à Beyrouth, le 30 novembre 2015, le conseiller du guide suprême iranien, Ali Akbar Velayati, appelle à l\'élection d\'un président dans les plus brefs délais.

Accord tacite Washington-Téhéran pour combler le vide présidentiel au Liban?

Le président iranien, pur produit de la révolution khomeyniste et sous tutelle du guide suprême Ali Khamenei, en conférence de presse à Téhéran le 29 août 2015.

Le président Hassan Rohani, vitrine modérée d’un régime autoritaire

Rencontre des présidents Hassan Rohani et François Hollande à l\'Assemblée des Nations-Unies (New-York sept 2015) 

Dîner Hollande-Rohani : quand l'Iran célébrait le vin

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, à Téhéran le 9 août 2015 avec le directeur de l\'Agence internationale de l\'énergie atomique (AIEA), Ali Akbar Salehi.

Syrie : l’Iran, incontournable, invité aux discussions de Vienne

Farzad Maddadzadeh et Parisa Kohandel, opposants iraniens de passage à Paris le 10 octobre 2015, pour raconter les exécutions et les exactions en Iran, à l\'occasion de la Journée mondiale contre la peine de mort.

Les Moudjahidine du peuple s’opposent à la peine de mort en forte hausse en Iran

Adel al-Jubeir, ministre saoudien des Affaires étrangères, au Palace Hotel de New York le 26 septembre 2015 pour une rencontre avec son homologue américain John Kerry.

Le ton monte dangereusement entre Riyad et Téhéran sur la Syrie et La Mecque

Le président iranien Hassan Rohani et le président russe Vladimir Poutine ont affiché «un bon consensus sur les questions régionales», le 28 septembre 2015 à New York, en marge de l\'assemblée générale de l\'ONU. 

L’Iran se pose en défenseur du désarmement nucléaire et de la démocratie à l’ONU

131 pèlerins iraniens ont trouvé la mort dans la bousculade.

Bousculade tragique de La Mecque: l’Iran accuse l’Arabie Saoudite d’incompétence

Vladimir Poutine a réaffirmé à Benjamin Netanyahu les relations spéciales entre Israël et la Russie lors de sa réception, le 21 septembre 2015, à la résidence présidentielle de Novo Ogaryovo.

Poutine coordonne sa stratégie en Syrie avec Israël, l’Iran et le Hezbollah

Accor vient de prendre la gestion de deux hôtels à Téhéran. 

Iran/Occident : plein «Accor» pour les affaires

Prêtes au combat, les forces yéménites loyales au gouvernement de Abd Rabbo Mansour Hadi, en exil en Arabie Saoudite, paradent le 8 septembre 2015 dans la région de Maarib, à l\'est de la capitale Sanaa.

La coalition arabe du Golfe sur pied de guerre totale avec la rébellion au Yémen

La police anti-émeutes déployée face à une manifestation citoyenne de milliers d\'Irakiens réclamant les services publics de base dûs par l\'Etat, le 28 août à Bagdad.

Les Irakiens dénoncent dans la rue la corruption, le communautarisme et l'Iran

A Téhéran, le 29 juillet 2015, le chef de la Diplomatie française Laurent Fabius transmet au président iranien Hassan Rohani une invitation du président François Hollande à se rendre en France.

Laurent Fabius en Iran : Paris met la balle dans le camp de Téhéran

Des négociateurs iraniens discutent entre eux à Lausanne le 27 mars 2015. 

Négociations avec les Iraniens, mode d’emploi

La bombe anti-bunker Massive ordnance penetrator

Sous l’accord sur le nucléaire iranien, Washington maintient l’option militaire

Le président de la République islamique d\'Iran, Hassan Rohani et son homologue de la Fédération de Russie, Vladimir Poutine.

Accord sur le nucléaire iranien : quelles conséquences pour Moscou?

Raid de la coalition mise sur pied par l\'Arabie saoudite contre une position des Houthis soutenus par Téhéran, le 12 mai 2015, dans la capitale yéménite.

L’Arabie Saoudite accueille l’accord sur le nucléaire iranien avec réalisme

Javad Zarif, ministre iranien des Affaires étrangères, le 13 juillet sur le balcon du palais Coburg à Vienne (Autriche), où a été négocié l\'accord sur le nucléaire entre la République islamique et les cinq grandes puissances (Chine, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Russie + Allemagne).  

Iran: les réseaux sociaux en fusion après l'accord sur le nucléaire

13031323334

Vous êtes à nouveau en ligne