Iran

Des Iraniennes assistent à un meeting des candidats réformistes aux élections, le 20 février 2016 à Téhéran.

VIDEO. En Iran, les femmes veulent faire bouger les choses

Le Guide suprême, Ali Khamenei, après son vote pour la double élection du Parlement et l’Assemblée des experts, qui a le pouvoir de le nommer ou le démettre.

Iran : le Guide Ali Khamenei, orchestrateur électoral en démocratie théocratique

Législatives en Iran : quel rôle pour les femmes ?

Salman Rushdie, l\'écrivain britannique d\'origine indienne, présentant son dernier roman «Deux ans, huit mois et vingt huit nuits», le 6 octobre 2015 à Madrid.

Iran: La fatwa de Khomeini contre Salman Rushdie relancée à des fins électorales

Un homme mange un beignet alors qu\'il passe devant un mur peint où sont collées les affiches du candidat réformateur Kazem Jalali dans le centre-ville de Téhéran le 22 février 2016. Les leaders réformistes et modérés comptent sur leurs partisans, notamment pour faire basculer l\'Assemblée des experts, qui est aujourd\'hui dominée par les conservateurs. «Les ex-présidents iraniens Mohammad  Khatami (réformateur) et Akbar Hashemi Rafsandjani (modéré) ont appelé (dans des messages séparés) les électeurs à voter massivement vendredi (26 février) pour les candidats réformateurs et ainsi \"barrer la route aux extrémistes\"», rapporte l\'AFP. Ces anciens dirigeants «sont candidats à l\'Assemblée des experts dont ils souhaitent voir écartées les figures les plus conservatrices, dont son président, l\'ayatollah Mohammad Yazdi».

LA PHOTO. Les murs de Téhéran aux couleurs des législatives

Dans la province afghane de Ghazni, des Hazaras se recueillent, le 10 novembre 2015, sur les cercueils de victimes chiites décapitées par Daech.

Des Afghans chiites, réfugiés en Iran, participent à la guerre en Syrie

L\'ancien président iranien Akbar Hachémi Rafsandjani, votant aux législatives du 2 mars 2012, invoque le nom de Khomeini pour attaquer Khamenei.

L’ancien président iranien Rafsandjani attaque Ali Khamenei par ricochet

Ulrich Breuling de l\'association Fliederlich montre le foyer d\'accueil de Nuremberg pour les réfugiés homosexuels, le 25 janvier 2016.

Allemagne : un foyer d’accueil pour réfugiés homosexuels

La jeune femme, dont la poitrine était recouverte d\'un drapeau iranien peint sur la peau, était surmontée d\'une banderole où l\'on pouvait lire «Bienvenue Rohani, bourreau de la liberté». Les militantes des Femen dénoncent la peine de mort en Iran, deuxième pays en nombre d\'exécutions dans le monde. Selon Amnesty International, la République islamique exécute aussi le plus grand nombre de mineurs. Reporters Sans Frontières a dénoncé un pays devenu «l\'une des cinq plus grandes prisons au monde pour les journalistes». A quelques centaines de mètres de la mise en scène coup de poing des Femen, le 28 janvier 2016, ministres et industriels français se frottaient les mains après la levée des sanctions internationales. «A nous Français de nous ruer (en Iran) et de ne pas perdre de temps», s\'est réjoui Pierre Gattaz, le président du Medef.

LA PHOTO. Contre la visite de Rohani à Paris, une Femen simule une pendaison

Franceinfo

Yves-Thibault de Silguy (Medef International) : "L’Iran a adressé un signe fort"

Des centaines d\'opposants des moudjahidines du peuple iranien et activistes des droits de l\'Homme ont manifesté le 27 janvier 2016, place de la République à Paris, contre la visite du président Rohani et les 2000 exécutions menées au cours de son mandat. 

L’opération séduction du président Rohani, un parfum de déjà vu avec Khatami

Manuel Valls et le président iranien Hassan Rohani, au siège du Medef, à Paris, le 28 janvier 2016.

La France doit-elle faire des affaires avec l'Iran ?

Le président iranien Rohani en visite d'État en France

Le président iranien Hassan Rohani, le 19 janvier 2016, lors d\'une conférence sur le thème «l\'application de l\'accord sur le plan d\'action, un nouveau chapitre de l\'économie de l\'Iran».

L’Iran, un pays riche mais en trompe-l’œil

Une «page en or dans l\'histoire de l\'Iran». C\'est ainsi que qualifie Hassan Rohani cette première visite en Europe depuis la levée des sanctions économiques et financières contre l\'Iran le 17 janvier dernier. Une semaine après dans ses bagages, le président iranien emmène avec lui une délégation de 120 personnalités, dont de nombreux hommes d\'affaires. «L\'Italie était le premier partenaire économique et commercial de l\'Iran avant les sanctions», et entend retrouver cette place, avait souligné il y a quelques mois la ministre italienne du Développement économique, Federica Guidi. Avant l\'entrée en vigueur des sanctions, les échanges entre l\'Italie et l\'Iran s\'élevaient à 7 milliards d\'euros. Ils sont actuellement de quelque 1,6 milliard, dont 1,2 milliard d\'exportations italiennes. Mais la première annonce commerciale d\'envergure depuis la levée des sanctions concerne Airbus. Téhéran l\'a annoncé, le 23 janvier 2016, indiquant qu\'il allait acheter 114 avions. M. Rohani doit signer cet accord le 26 janvier à Paris. Mais cette reprise des échanges inquiète les opposants à la peine de mort en Iran. Le sujet pourrait être abordé avec le pape François, même si le Saint-Siège se félicite du ton plus modéré de la République islamique depuis l\'arrivée au pouvoir de M. Rohani, élu dès le premier tour de l\'éléction présidentielle, le 15 juin 2013. 

LA PHOTO. Le président iranien en Italie, première étape de sa visite en Europe

Le président soudanais Omar Al-Bachir, le jour de l\'ouverture du Forum national de dialogue au Soudan, le 10 octobre 2015 à Khartoum. 

Le Soudan dément que sa rupture avec l’Iran puisse le rapprocher d’Israël

Sourire du nouveau président iranien, Hassan Rohani, en juin 2013 à Téhéran.

Elections en Iran: les conservateurs contre Rohani

A Téhéran, le 29 juillet 2015, le chef de la Diplomatie française Laurent Fabius transmet au président iranien Hassan Rohani une invitation du président François Hollande à se rendre en France.

Le retour de l’Iran fait saliver les multinationales et donne des ailes à Rohani

Les dix marins américains, dont une femme (la tête couverte au centre de l\'image), égarés dans les eaux territoriales iraniennes, arrêtés et libérés après avoir présenté des excuses et témoigné avoir été bien traités lors de leur brève détention, le 13 janvier 2015.

Téhéran tient la dragée haute à Washington dans les eaux du Golfe

Yossi Cohen (à droite), nommé par Benjamin Netanyahu nouveau patron du Mossad depuis le 7 décembre 2015, affirme que l’Iran reste le principal défi d’Israël.

Israël en position de bouclier du camp arabo-sunnite face au camp irano-chiite

Des femmes chiites de Qatif manifestent après l\'exécution de l\'opposant Cheikh Nimr Baqer al-Nimr par les autorités saoudiennes, le 2 janvier 2016.

Les chiites d'Arabie Saoudite refusent d'être instrumentalisés par l'Iran

A Bahreïn, une femme manifeste dans le village de Jidhafs, à l\'ouest de Manama, la capitale, contre l\'exécution de l\'important dignitaire religieux chiite Nimr al-Nimr par les autorités saoudiennes , le 2 Janvier 2016. Bahreïn compte une majorité de chiites comme la région d\'Arabie saoudite, riche en pétrole, où le religieux exécuté a été un moteur dans les manifestations qui ont éclaté en 2011 pour protester contre ce que les chiites considèrent comme leur marginalisation dans le royaume. Sur le panneau on peut lire : «soyez damnés» .

LA PHOTO. Protestations dans le monde chiite après l'exécution d'un religieux

Manifestation d\'Iraniennes place de l\'Imam Hossein à Téhéran, le 4 janvier 2016, pour dénoncer l\'exécution de l\'opposant chiite, cheikh Nimr Baqer al-Nimr par les autorités saoudiennes.

La crise entre Ryad et Téhéran met la communauté internationale en alerte

Un bateau rouille au sec sur ce qui fut la rive du lac d\'Oroumieh.

Sécheresse en Iran: le pays joue sa survie

L\'ayatollah Khameini s\'exprime devant des étudiants, le 3 novembre 2015, à Téhéran (Iran).

Les Etats-Unis tentent d'infiltrer l'Iran grâce "à l'argent et au sexe", selon l'ayatollah Khameini

Capture d\'écran d\'une vidéo diffusée sur You Tube par le Front islamique, le 22 novembre 2013, pour annoncer la création d\'une coalition de six groupes islamistes armés combattants dans divers endroits en Syrie, pour renverser le régime de Bachar al-Assad.

L’Arabie Saoudite tente d’unifier les rangs d’une opposition syrienne morcelée

A l\'issue de sa rencontre avec le Premier ministre libanais Tammam Salam (à droite) à Beyrouth, le 30 novembre 2015, le conseiller du guide suprême iranien, Ali Akbar Velayati, appelle à l\'élection d\'un président dans les plus brefs délais.

Accord tacite Washington-Téhéran pour combler le vide présidentiel au Liban?

Le président iranien, pur produit de la révolution khomeyniste et sous tutelle du guide suprême Ali Khamenei, en conférence de presse à Téhéran le 29 août 2015.

Le président Hassan Rohani, vitrine modérée d’un régime autoritaire

Rencontre des présidents Hassan Rohani et François Hollande à l\'Assemblée des Nations-Unies (New-York sept 2015) 

Dîner Hollande-Rohani : quand l'Iran célébrait le vin

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, à Téhéran le 9 août 2015 avec le directeur de l\'Agence internationale de l\'énergie atomique (AIEA), Ali Akbar Salehi.

Syrie : l’Iran, incontournable, invité aux discussions de Vienne

12021222324

Vous êtes à nouveau en ligne