Irak : l'armée à l'assaut pour la reconquête de Fallouja

(Les troupes irakiennes à l'approche de Fallouja © REUTERS / Alaa Al-Marjani)

En Irak, l'armée régulière est entrée ce lundi matin dans la ville de Fallouja avec l'objectif d'en chasser Daech.

Les troupes irakiennes sont entrées ce matin à Fallouja située à une cinquantaine de km à l'ouest de Bagdad. Leur mission consiste à repousser Daech qui tient cette ville depuis janvier 2014.

A LIRE AUSSI ►►►Irak : "Le califat, point faible de l'Etat islamique" selon un ancien général de l'Onu

Les habitants redoutent des représailles

A la manœuvre de l'opération commencée le 23 mai dernier et qui a pris de l'ampleur ce lundi, il y a d'abord les forces d'élite du contre-terrorisme, l’unité la mieux entraînée d’Irak, celle a déjà repris plusieurs villes aux djihadistes. Mais dans cette offensive, les militaires sont épaulés par des milices chiites. Et c'est là toute la difficulté parce que Fallouja est un bastion sunnite. Autrefois, ses habitants ont bénéficié des largesses et des bienveillances de Saddam Hussein et aujourd'hui ils détestent le gouvernement chiite d'Haider al Abadi. C'est notamment pour cette raison qu'en janvier 2014, l'Etat islamique a pu prendre la ville, quasiment sans combattre. Les 50.000 habitants de Fallouja pris au piège des combats et en manque de médicaments, de nourriture et d'eau potable, redoutent à présent des représailles. C'est là, à partir de Fallouja, qu'a commencé la conquête territoriale des djihadistes. 

Le Premier ministre irakien, Haider al Abadi, a donc pris du temps avant de lancer la bataille de Fallouja. La coalition internationale contre Daech apporte son soutien par des frappes aériennes. La reconquête serait évidemment un symbole fort mais elle n'est pas la priorité numéro un des Américains : ils se souviennent qu'en 2004, ils ont eu beaucoup de mal à en déloger les insurgés. La ville était alors aux mains d'Al- Qaïda. Les batailles ont été les plus meurtrières de tout le conflit irakien mais surtout, ils concentrent leurs forces sur une autre ville bien plus symbolique, Mossoul, aujourd'hui capitale de l'Etat islamique en Irak.

(©)