Videur, un boulot d'homme ?

Depuis 10 ans dans un club de New Delhi, le videur est une femme.

Selon un classement de l’ONU sur l’inégalité des sexes, l’Inde est le 127ème le plus inégalitaire sur 146 pays comptabilisés. Pourtant un club de New Delhi, a décidé de mettre à mal les stéréotypes en engageant une femme en tant que videur.

Briser le poids des traditions

Mehrunnisha travaille dans un club de New Delhi depuis 10 ans, sa présence permet aux femmes de se sentir plus en confiance. Pour Riyaaz Amlanni, le propriétaire du club, sa présence est indispensable.

« Nous avons décidé d’employer des femmes pour s’assurer que les femmes se sentent en sécurité et pour qu’en cas de problèmes, elles puissent d’abord approcher une videuse plutôt qu’un videur afin de signaler qu’elles ont un problème et pour qu’elle intervienne éventuellement. Et nous avons trouvé la candidate parfaite avec Mehrunnisha. Elle est forte et déterminée, et le reste fait partie de l’histoire » explique-t-il.

Le père de Mehrunnisha refusait qu’elle entre dans l’armée mais aujourd’hui, avec cet emploi considéré comme un travail d’homme, elle soutient toute sa famille.

« Plusieurs de mes oncles n’arrêtent pas aussi de demander : « Quel genre de métier exige d’une fille d’avoir à travailler tard la nuit, et dans des clubs en plus ? » Mais je m’en moque, parce que ma mère et mon père ont foi et confiance en moi, et je sais que je ne fais rien de mal et que j’accomplis mon rêve. Alors ce que les gens disent ne me dérangent pas vraiment. »

Vous êtes à nouveau en ligne