Mission low-cost vers Mars pour une fusée indienne

Décollage de la fusée indienne en route pour Mars, le 5 novembre 2013.
Décollage de la fusée indienne en route pour Mars, le 5 novembre 2013. (AFP/ISRO)

Le 5 novembre 2013, l’Inde a lancé une fusée de 350 tonnes transportant une sonde spatiale de la taille d’une petite voiture. Elle devrait atteindre la planète Mars en septembre 2014, rappelant ainsi que l’Inde est aussi une puissance spatiale.


Atteindre Mars n’est pas à la portée de tout le monde. L’Inde voudrait rejoindre le cercle très restreint des nations «martiennes» (Etats-Unis, Russie, Europe), où ne figure pas la Chine, avec un programme low-cost.
Le coût du projet s’élève à 73 millions de dollars, soit six fois moins cher que le programme américain dont le lancement est prévu le 18 novembre. Pour arriver sur Mars, il faut pourtant de gros investissements, notamment pour obtenir la puissance nécessaire au voyage interplanétaire.

Alors, pour compenser leur manque de moyens, les Indiens ont fait travailler leurs méninges. Par un astucieux système D qui fait leur réputation, ils ont bouclé le projet en moins de deux ans.
Ainsi, pour compenser la faiblesse de son lanceur, la sonde Mars Orbiter va d’abord prendre son élan autour de la terre. Un mois de rotation pour prendre suffisamment de vitesse pour parcourir les 200 millions de kilomètres qui nous séparent de la planète rouge.
 
L’Inde a décroché la Lune en 2008, mais le voyage vers Mars est bien plus complexe.
Une réussite serait une immense fierté pour le peuple indien. D’autant que Chine et Japon ont échoué. Elle ferait taire les critiques qui s’étonnent que le pays se lance dans la course aux étoiles quand la moitié de la population ne dispose pas de toilettes.
Vous êtes à nouveau en ligne