LA VIDEO. Sikhs: ni musulmans ni terroristes islamistes

Des sikhs lors du Baisakhi, le festival de la moisson, le 13 avril 2015.
Des sikhs lors du Baisakhi, le festival de la moisson, le 13 avril 2015. (Caren Firouz / Reuters)

Fin septembre 2016, un sikh de 41 ans est violemment agressé à Richmond, aux Etats-Unis. Ses agresseurs l’accusent d’être un terroriste. Qui sont les sikhs?


Les sikhs sont les adeptes du sikhisme, une religion monothéiste fondée au 15e siècle par le gourou Nanak dans le Penjab, en Inde. On les reconnaît à cinq signes distinctifs, les 5K. D'abord le kesha, les cheveux longs enveloppés dans un turban. Les sikhs ne doivent pas se couper les cheveux et la barbe. Il y a ensuite le kangha (peigne), le kara (bracelet d’acier), le kaccha (caleçon court) et le kirpan (dague à double tranchant). 

Avec quelque 25 millions de fidèles, c’est la 5e religion du monde. Amritsar est la ville sainte des sikhs: elle abrite le Temple d’or, le lieu le plus sacré du sikhisme. La grande majorité des sikhs se trouve ainsi dans l’Etat du Pendjab. Les adeptes masculins du sikhisme se distinguent par leurs turbans et leurs barbes. Ce qui vaut aux sikhs d'être assimilés de plus en plus à des terroristes islamistes.


Au lendemain des attentats du 11-Septembre aux Etats-Unis, la première victime d’un crime commis par vengeance a été un sikh. Depuis, les attaques et incidents contre la communauté sikhe se sont multipliés. Quinze ans après l’attaque des tours jumelles, les sikhs sont loin d’être rassurés. Les attaques perpétrées dans le monde par les terroristes djihadistes réveillent en eux la peur de nouvelles représailles.

Pris pour des djihadistes
Cependant, il n'y a pas qu'aux Etats-Unis que les sikhs sont victimes d'attaques. Le Canada voisin a enregistré plusieurs agressions visant des sikhs ces dernières années. En septembre 2016, une affiche raciste postée au sein de l’université de l’Alberta a été à l’origine d’un vaste mouvement de soutien à la communauté sikhe. Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a également publié un tweet de soutien.

Son gouvernement compte quatre membres de la communauté sikhe. Certains de ses concitoyens lui en font d’ailleurs le reproche. Au milieu des années 80, les Canadiens ont été les victimes des tensions entre le gouvernement indien et les extrémistes sikhs qui militent depuis les années 70 pour la création d’un Etat sikh. Le 23 juin 1985, le vol Air India 182 en provenance de Montréal explose en vol. Aucune des 329 personnes à bord de l’avion, dont 278 Canadiens, ne survivra.


Un an plus tôt, dans la nuit du 5 au 6 juin 1984, l'armée indienne avait donné l'assaut au Temple d'Or d'Amritsar pour en chasser les sikhs séparatistes enfermés à l'intérieur. En riposte, la Première ministre Indira Ghandi était assassinée le 31 octobre par ses gardes du corps sikhs. En quatre jours, quelques 3.000 sikhs ont été massacrés en guise de représailles à Dehli. Aujourd’hui, certains sikhs rêvent encore d’indépendance, mais tous veulent en finir avec les persécutions.



Vous êtes à nouveau en ligne