La blancheur du Taj Mahal menacée par des crottes de moustiques

Le Taj Mahal, au bord de la rivière Yamuna, le 21 septembre 2011 à Agra (Inde).
Le Taj Mahal, au bord de la rivière Yamuna, le 21 septembre 2011 à Agra (Inde). (GAVIN HELLIER / ROBERT HARDING PREMIUM / AFP)

Les insectes, qui pullulent dans la rivière voisine, recouvrent certains murs du monument d'une substance verte.

Après avoir résisté au pillage au fil des siècles, le Taj Mahal va-t-il succomber aux taches laissées par les moustiques ? Le célèbre monument indien, un mausolée marbre blanc construit à Agra au XVIIe siècle, est menacé par les insectes qui pullulent dans la rivière voisine, rapporte mardi 17 mai le New York Times (en anglais)

Très polluée, la Yamuna abrite un nombre de plus en plus important de Goeldichironomus carus, un insecte proche du moustique qui raffole des algues de la rivière (dont la prolifération semble elle-même liée aux rejets humains). Chaque soir, ces bestioles quittent l'eau pour voler autour du mausolée, qu'ils recouvrent de leurs déjections, visibles sur cette vidéo d'India Today. La chlorophylle leur donne cette couleur verte.

Même si le problème n'est qu'esthétique –cette substance verte n'attaque pas le marbre–, il inquiète les autorités. Il est possible de nettoyer les murs avec de l'argile et de l'eau, mais "c'est très difficile", reconnaît le Service archéologique d'Inde. Les professionnels du tourisme, interrogés par le New York Times s'inquiètent :  "J'espère vraiment qu'ils vont trouver une solution."

Vous êtes à nouveau en ligne