L'Inde lance avec succès sa fusée vers la Lune

La fusée Chandrayaan 2 lancée à Sriharikota en Inde le 22 juillet 2019, un \"jour historique\" pour l\'Inde.
La fusée Chandrayaan 2 lancée à Sriharikota en Inde le 22 juillet 2019, un "jour historique" pour l'Inde. (ARUN SANKAR / AFP)

L'expédition doit poser autour du 6 septembre un atterrisseur et un robot mobile près du pôle sud de la Lune. L'Inde compte envoyer, d'ici 2022, un équipage de trois astronautes dans l'espace.

New Delhi est plus proche que jamais de réussir l'exploit d'un alunissage. L'Inde a lancé, lundi 22 juillet, sa mission lunaire destinée à poser un appareil sur le satellite naturel de la Terre, participant au regain d'intérêt international pour l'exploration de la Lune. Une fusée GSLV-MkIII, le plus puissant lanceur de l'agence spatiale indienne ISRO, a décollé à 14h43 (heure locale) du pas de tir de Sriharikota, dans le sud-est de l'Inde.

Au bout d'une vingtaine de minutes, les scientifiques de l'ISRO ont applaudi et se sont tombés dans les bras les uns des autres. "Je suis extrêmement heureux d'annoncer que le GSLV-MkIII a placé avec succès Chandrayaan-2 sur son orbite définie", a déclaré le président de l'agence spatiale indienne. "C'est le début d'un voyage historique pour l'Inde", a-t-il ajouté. D'ici 2022, l'ISRO compte en effet envoyer un équipage de trois astronautes dans l'espace.

Une mission à 140 millions de dollars

L'expédition inhabitée a pour but de poser autour du 6 septembre un atterrisseur et un robot mobile près du pôle sud de la Lune, à quelque 384 000 km de la Terre, ainsi que de placer une sonde en orbite lunaire. Si la mission est couronnée de succès, l'Inde deviendrait la quatrième nation à réussir à poser un appareil sur le sol sélénite, après l'Union soviétique, les Etats-Unis et la Chine.

"Le lancement de Chandrayaan-2 illustre la prouesse de nos scientifiques et la détermination de 1,3 milliard d'Indiens à atteindre de nouvelles frontières de la science", a tweeté le Premier ministre indien Narendra Modi.

La sonde Chandrayaan-2 devait initialement être lancée le 15 juillet, mais les responsables ont arrêté le compte à rebours 56 minutes et 24 secondes avant le décollage, à cause d'un "problème technique". Selon la presse locale, il s'agissait d'une fuite dans une bouteille d'hélium du moteur cryogénique de l'étage supérieur de la fusée. New Delhi a consacré 140 millions de dollars (124 millions d'euros) à Chandrayaan-2 – un montant bien inférieur à ceux des autres grandes agences spatiales pour des missions de ce type.

Vous êtes à nouveau en ligne