Indira Gandhi : une femme emblématique à la tête de l’Inde

Deuxième femme au monde à être élue démocratiquement à la tête d’un gouvernement, née en Inde en 1917 et assassinée dans le même pays en 1984, Indira Gandhi resta de nombreuses années au pouvoir et laissa une empreinte durable sur l’Inde et le monde

Née et élevée dans la politique

Indira Gandhi est née Indira Nehru en 1917. Elle est la fille de Jawaharlal Nehru, futur Premier ministre de l’Inde.

Alors qu’elle n’a que quatre ans, ses parents sont emprisonnés pour leur combat politique en faveur de l’indépendance de l’Inde.

Indira suivra le même chemin des années plus tard à l’âge de 25 ans, ayant suivit les traces de ses parents dans la vie politique.

L’ascension

Le 2 janvier 1959, elle est élue présidente du Congrès à l’âge de 42 ans, malgré l’opposition de son père alors premier ministre. Sept ans plus tard, elle occupera à son tour cette fonction à la tête du pays.

Indira mène une politique progressiste basée sur le socialisme et la laïcité, faisant élire un musulman à la présidence de l’Union Indienne et abolissant les privilèges des maharadjas, ces anciens princes indiens.

Une femme forte au pouvoir

A 58 ans, Indira est de nouveau élue premier ministre, mais la cour suprême invalide son élection. La femme d’État réagit en déclarant l’état d’urgence et en s’octroyant, de 1977 à 1979, des pouvoirs quasi-dictatoriaux controversés.

Si elle perd les élections suivantes, elle redevient premier ministre en 1980 à l’âge de 63 ans.

La chute

Bien qu’elle mène lors de son dernier mandat une politique bien moins autoritaire que lors de l’état d’urgence, elle ordonne néanmoins l’attaque du Temple d’Or , ou sont repliés des milliers de sikhs, une minorité indienne qui demande son indépendance. Cette décision conduira à son assassinat le 31 octobre 1984, par ses deux garde du corps, eux-mêmes membres de la minorité sikh.

Vous êtes à nouveau en ligne