Inde : le bilan des manifestations contre la loi sur la citoyenneté s'alourdit et atteint 15 morts

Des Indiens manifestent contre la nouvelle loi sur la citoyenneté à Meerut, dans l\'Etat de l\'Uttar Pradesh (Inde), le 20 décembre 2019. 
Des Indiens manifestent contre la nouvelle loi sur la citoyenneté à Meerut, dans l'Etat de l'Uttar Pradesh (Inde), le 20 décembre 2019.  (STR / AFP)

Ces manifestations, principalement menées par des musulmans, ont lieu alors qu'une loi controversée sur la citoyenneté a été votée par le Parlement. 

Le bilan des manifestations en Inde contre une loi sur la citoyenneté s'est alourdi, vendredi 20 décembre, à 15 morts. L'opposition dénonce une "répression brutale" de la part du pouvoir nationaliste hindou, mis au défi par les contestataires. Cette mobilisation, principalement menée par des membres de la communauté musulmane, constitue l'un des plus grands défis auxquels le Premier ministre Narendra Modi, fraîchement réélu, a été confronté depuis son arrivée au pouvoir en 2014. 

Des heurts ont à nouveau éclaté, vendredi, dans plusieurs villes d'Inde, entre les forces de sécurité et les manifestants. "Nous voulons que le gouvernement revienne sur la loi. La loi est contre les musulmans et contre l'Inde. Nous manifesterons pacifiquement et le gouvernement doit céder", a déclaré Sabzar Ali, l'un des participants au cortège. Les autorités avaient interdit les rassemblements et coupé l'internet mobile dans de grandes parties du pays de 1,3 milliard d'habitants.

Voté par le Parlement indien la semaine dernière, le "Citizenship Amendment Act" (CAA) facilite l'attribution de la citoyenneté indienne aux réfugiés d'Afghanistan, du Bangladesh et du Pakistan, mais à la condition qu'ils ne soient pas musulmans. Les opposants à cette loi la considèrent comme discriminatoire. 

Vous êtes à nouveau en ligne