Inde : des violences intercommunautaires à New Delhi font vingt morts et près de 200 blessés

Un homme marche sur des débris dans une zone touchée par des violences intercommunautaires à New Delhi (Inde), le 26 février 2020. 
Un homme marche sur des débris dans une zone touchée par des violences intercommunautaires à New Delhi (Inde), le 26 février 2020.  (ADNAN ABIDI / REUTERS)

La presse indienne rapporte de multiples incidents, lors desquels des groupes armés hindous s'en sont pris à des lieux et personnes identifiés comme musulmans. 

Il s'agit de l'un des pires embrasements de la capitale indienne depuis des décennies. Des violences intercommunautaires à New Delhi (Inde) ont déjà coûté la vie à 20 personnes et fait près de 200 blessés, selon un bilan actualisé mercredi 26 février. Des émeutiers armés de pierres, de sabres et parfois même de pistolets sèment le chaos et la terreur depuis dimanche dans des zones périphériques à majorité musulmane du nord-est de la mégapole. De nombreux travailleurs migrants pauvres résident dans ces quartiers situés à une dizaine de kilomètres du centre.

Des heurts entre partisans et opposants d'une loi controversée sur la citoyenneté, jugée discriminatoire envers les musulmans par ses détracteurs, ont dégénéré en affrontements communautaires entre hindous et musulmans. S'inquiétant de la "situation alarmante", le chef de l'exécutif local a appelé sur Twitter le Premier ministre Narendra Modi à mettre en place un couvre-feu dans la zone et à déployer l'armée. "Malgré ses efforts, la police [est] incapable de contrôler la situation et d'inspirer la confiance", estime-t-il. Cette flambée de violence a éclaté au moment de la visite du président américain Donald Trump.

Vous êtes à nouveau en ligne