Inde : des hommes kidnappés et mariés de force

FRANCE 2

En Inde, dans la région très pauvre du Bihar, des hommes sont parfois kidnappés par des familles pour être mariés de force à leur fille sans qu'une dot soit versée.

Dans le Bihar, région la plus pauvre de l'Inde, la misère a donné naissance à un type de criminalité unique au monde qui vise seulement les hommes : le mariage forcé par enlèvement. Sur une vidéo diffusée en janvier dernier par les médias indiens, on aperçoit un homme en larmes, retenu contre son gré. Les ravisseurs l'ont vêtu d'un chapeau et d'une écharpe jaune traditionnels et le poussent vers son propre mariage. La victime se débat, mais qu'importe : avec la complicité du prêtre hindou, le mariage est prononcé. La famille de la mariée a tout organisé.

Quelques mois plus tard, la victime de cet enlèvement a repris le cours de sa vie. Il s'appelle Vinod Kumar, il est ingénieur. Libéré par la police, il a pu s'enfuir. Il garde pourtant en tête tous les détails de son mariage forcé. "Ils ont braqué un pistolet sur ma tête et m'ont dit : 'si tu ne fais pas ce qu'on te dit, on te tuera", explique-t-il. Séquestré dans la famille commanditaire pendant trois jours, Vinod apprend les raisons de son rapt après sa libération. "On m'a dit qu'il avait été difficile de trouver un mari pour cette femme, raconte-t-il. Alors quand sa famille a vu que j'avais un bon salaire, ils se sont dit 'on va le faire'."

300 mariages forcés par an, aucune condamnation

Chaque année, il y aurait au moins 300 cas comme celui de Vindo dans la région, les ravisseurs n'hésitent pas à filmer la scène. Ces enlèvements sont souvent organisés par des familles pauvres issues de petits villages et qui ne peuvent payer la dot, tradition indienne qui les oblige à verser de l'argent au futur marié. Ils espèrent ainsi trouver un bon parti pour leur fille.

C'est précisément ce qui est arrivé à un ingénieur agricole, marié de force. Sur les photos, il apparait triste. Pourtant, de cette résignation sont nés une histoire d'amour, un mariage heureux et deux fils. Parfois, la suite est plus tragique, un homme rencontré un peu plus loin est accusé d'avoir kidnappé un jeune homme qui s'est ensuite donné la mort. Devant la caméra, il nie, mais un oncle confie que la victime avait bien été forcée. Dans la région, l'omerta règne sur ces mariages, personne n'a jamais été condamné pour ses pratiques.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne