En Inde, pressentie pour devenir la cinquième puissance mondiale, les inégalités se creusent

La cité d\'affaires de Gurgaon, dans la banlieue de New Delhi en Inde, montre une modernité qui ne se retrouve pas dans les villages environnants.
La cité d'affaires de Gurgaon, dans la banlieue de New Delhi en Inde, montre une modernité qui ne se retrouve pas dans les villages environnants. (ANDREW CABALLERO-REYNOLDS / AFP)

Selon une étude britannique, l'Inde pourrait passer de la septième à la cinquième place du classement des puissances économiques mondiales en 2018. Une progression qui révèle aussi de fortes inégalités dans le pays. 

L'Inde est en passe de devenir la cinquième puissance économique mondiale, selon une étude d'un cabinet anglais. En 2018, le Royaume-Uni et la France devraient être dépassés par un pays où la croissance génère aussi de fortes inégalités.

Des tours de verre aux rues de terre d'un village

La cité d'affaires de la banlieue sud-ouest de New Delhi, Gurgaon, est sortie de terre il y a dix ans. Ici, les hautes tours de verre accueillent les sièges des plus grandes multinationales, ainsi que les appartements les plus chers du pays. Un penthouse de six pièces peut atteindre l'équivalent de quatre millions d'euros. Mais il suffit de sortir un peu de cette bulle dorée pour revenir un siècle en arrière. À 35 km de Gurgaon, le village d'Hirmathla n'a pas récolté les fruits de la fabuleuse croissance indienne. Ici, les maisons basses ne sont pas toutes équipées de l'électricité et les rues sont en terre. Vijay Laxmi, une habitante de 39 ans, se plaint de ce retard dans les commodités.

Les premières toilettes sont arrivées dans le village il y a six ans et l'eau municipale ne fonctionne que deux jours sur trois. Nous devons nous débrouiller pour remplir des réservoirs.Vijay Laxmi, à Hirmathlaà franceinfo

Le foyer de cette habitante d'Hirmathla, composé de neuf personnes, vit avec 225 euros par mois, ce qui est très loin de l'opulence de Gurgaon. Ces inégalités ont explosé depuis la libéralisation de l'économie indienne, il y a 25 ans. Aujourd'hui, 10% des Indiens détiennent plus de la moitié des richesses du pays. Cette proportion représente l'un des écarts les plus forts au monde.

En Inde, des richesses mal partagées : un reportage de Sébastien Farcis
--'--
--'--

Vous êtes à nouveau en ligne