DIRECT. Cachemire : l'Inde reconnaît avoir perdu un avion dans une opération contre le Pakistan

Des soldats indiens examinent la carcasse d\'un appareil qui s\'est écrasé dans le district de Budgam, le 27 février 2019.
Des soldats indiens examinent la carcasse d'un appareil qui s'est écrasé dans le district de Budgam, le 27 février 2019. (TAUSEEF MUSTAFA / AFP)

Islamabad dit avoir abattu deux avions indiens, au lendemain d'un raid de l'Inde contre un groupe de combattants islamistes en territoire pakistanais.

Escalade militaire au Cachemire. Au lendemain de la frappe "préventive" de l'Inde en territoire pakistanais contre un groupe de combattants islamistes, Islamabad réagit, mercredi 27 février, en annonçant avoir abattu deux avions militaires indiens qui survolaient son espace aérien.

Le Pakistan dit avoir abattu deux avions indiens. "L'armée de l'air a abattu deux avions indiens dans l'espace aérien pakistanais", a affirmé un porte-parole de l'armée sur Twitter. Un des avions est tombé au Cachemire indien et l'autre au Cachemire pakistanais, selon le général Asif Ghafoor. "Un pilote indien a été arrêté à terre par les militaires", a-t-il ajouté.

L'Inde dit avoir perdu un avion et abattu un avion pakistanais. L'Inde a affirmé de son côté avoir abattu un avion pakistanais et perdu un appareil dans cet affrontement. "Un avion de chasse de l'armée de l'air du Pakistan a été abattu par un Mig-21 Bison de l'armée de l'air d'Inde", a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères indien. "L'avion pakistanais a été vu par les troupes au sol tombant du ciel du côté pakistanais. Dans cet affrontement, nous avons malheureusement perdu un Mig-21. Le pilote est disparu au combat. Le Pakistan clame qu'il le détient", a-t-il poursuivi, indiquant que cette dernière information était en cours de vérification.

L'espace aérien pakistanais fermé. Le Pakistan va fermer son espace aérien "jusqu'à nouvel ordre", a indiqué mercredi l'Autorité de l'aviation civile. Un porte-parole de l'armée pakistanaise a précisé que cette décision avait été prise "en raison des circonstances".

Washington appelle au calme. Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo a appelé les deux pays à la retenue et à éviter une escalade à tout prix. Dans leurs déclarations officielles, l'Inde et le Pakistan ont chacun affirmé ne pas vouloir d'escalade.

Une réplique au raid indien de mardi. Mardi, l'armée indienne avait assuré avoir mené un raid contre un camp d'entraînement du groupe islamiste Jaish-e-Mohammed, disant y avoir tué "un très grand nombre" de combattants. Islamabad avait dénoncé une "agression intempestive" et promis d'y répondre "à l'heure et à l'endroit de son choix".

Vous êtes à nouveau en ligne