Inde : la mousson pourrait avoir fait plus d'un millier de victimes

(Danish Siddiqui Reuters)

Des pluies violentes se sont abattues sur le pays, d'abord sur le nord au début de la semaine, avant de se généraliser sur l'ensemble du territoire. Le dernier bilan officiel ne fait pour l'instant état que de 138 morts, mais les autorités religieuses avancent un bilan beaucoup plus lourd.

"Il y a des corps un peu partout, et nous estimons que plus de 1.000 personnes ont péri" , explique le président d'une fondation religieuse qui rassemble plusieurs sanctuaires à Kedarnath et Badrinath, dans le nord de l'Inde. Le dernier bilan officiel, qui date de jeudi, ne fait état que de 138 victimes dans l'Uttarakhand et deux Etats voisins.
Et une parlementaire de l'Etat va plus loin, 2.000 morts. "La zone est complètement détruite, il ne reste rien"

L'arrivée de la mousson, lundi dans le nord du pays, a pris tout le monde court - elle n'était attendue que deux semaines plus tard. Depuis, les pluies torrentielles se sont abattues sur l'ensemble du territoire. Elles ont emporté des maisons, des routes et de ponts - isolant encore un peu plus les régions himalayennes.

L'armée en renfort

Si l'on en croit le chef de la police à la frontière indio-tibétaine, plus de 33.100 personnes isolées ou coincées ont été secourues jeudi par l'armée ; il en reste encore 50.400 à aller chercher.

L'armée est à pied d'oeuvre. 10.000 soldats, appuyés par une vingtaine d'hélicoptères, ont été déployés pour porter secours aux sinistrés, au touristes et au pélerins - ils sont nombreux à se rendre dans "l'Etat des dieux", qui doit son nom à la multitude de temples hindous.

14 camps d'accueil ont été dressés, pour les 10.000 premiers réfugiés. 14 tonnes de nourrriture ont également été envoyées.

Vous êtes à nouveau en ligne