Hollande à Bamako : "Nous avons gagné cette guerre"

(Joe Penney Reuters)

François Hollande est présent ce jeudi à Bamako, à l'occasion de la cérémonie d'investiture du nouveau président malien Ibrahim Boubacar Keïta. Jouissant d'une grande popularité, le chef de l'État a salué "une grande victoire pour le Mali". Il a également affirmé que le Mali avait désormais "pris son destin en main".

Devant un stade du 26-Mars bondé, à Bamako, François Hollande a pu une nouvelle fois vérifié que sa cote de popularité restait intacte aux yeux des milliers de Maliens venus célébrer l'investiture de leur nouveau président, Ibrahim Boubacar Keïta, élu en août dernier. Parmi les chefs d'État venus assister à la cérémonie : le Tchadien Idriss Déby, l'Ivoirien Alassane Ouattara ou encore le roi Mohammed VI du Maroc.

Le chef de l'État est évidemment revenu sur les conditions d'intervention de l'armée française dans le pays, en janvier dernier, dans le cadre de l'opération Serval, pour chasser les groupes djihadistes installés dans le nord : "La France est fière d'avoir contribué à cette victoire ". "Nous avons gagné cette guerre ", a insisté François Hollande, alors que l'opération Serval est toujours en cours, passée en juillet dernier sous mandat de l'ONU.

Hommage aux victimes militaires

Lors de son allocution prononcée à un balcon du stade de 55.000 places, le chef de l'État a également tenu à rendre hommage aux soldats français, tombés pendant cette guerre. "La France a payé son tribut pour la libération " a-t-il assuré, évoquant les sept soldats français, dont "Damien Boiteux, le premier qui est tombé ici pour la souveraineté du Mali ".

"Aujourd'hui, le Mali a pris son destin en main, il a choisi son président " a conclu François Hollande. Lequel a rappelé que Paris resterait encore quelque temps aux côtés du Mali, pour l'aider dans différents domaines.

Vous êtes à nouveau en ligne