Tension palpable en Grèce

France 3

La Grèce concentre tous les regards et les discussions des dirigeants européens depuis plusieurs mois déjà.

En Grèce et en Europe, plus la date fatidique du 30 juin approche, plus la tension monte.  Le gouvernement grec a en effet annoncé que les banques seraient fermées ce lundi dans le pays et pour plusieurs jours probablement. Les créanciers oscillent entre fermeté et appel au dialogue. 
 
Philosophes les retraités grecs, ils n’abandonnent pas leur partie de carte mais l’avenir de leur pays ne quitte pas leurs pensées. "C'est une partie de poker qui se joue sur le dos du peuple", dénonce un habitant.

1,3 milliard d’euros retirés en trois jours

Depuis trois jours, partout dans le pays, des files d’attente devant les distributeurs sont devenue une vision habituelle. Ce week-end, les Grecs ont retiré 1,3 milliard d’euros. Fatalistes, ils se résignent : "Je crois que ce que nous ressentons de plus en plus c’est que ça ne sert à rien. Il y a un fatalisme total dans tous les aspects de notre vie", témoigne une jeune femme au micro de France 3.  
 
Ce dimanche 28 juin, Alexis Tsipras  a annoncé la fermeture temporaire des banques dès lundi et l’instauration d’un contrôle des capitaux tout en invitant ses concitoyens à garder leur sang-froid. C’est une première en Grèce, depuis le début de la crise jamais les banques n’étaient restées fermées. 
 
Ce soir, le conseil grec de stabilité financière va même jusqu’à préconiser de limiter les retraits à 60 euros par jour et par personne.
Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne