Le FMI rompt tout contact avec la Grèce jusqu'aux législatives

Le directrice du FMI, Christine Lagarde, à l\'occasion d\'une réunion en Turquie, le 11 mai 2012.
Le directrice du FMI, Christine Lagarde, à l'occasion d'une réunion en Turquie, le 11 mai 2012. (SAYGIN SERDAROGLU / AFP)

Le Fonds monétaire international a annoncé qu'il ne travaillerait pas avec le gouvernement de transition mis en place en attendant les élections du 17 juin.

Le Fonds monétaire international (FMI) ne travaillera pas avec le nouveau gouvernement grec. L'institution a annoncé jeudi 17 mai la suspension de ses relations avec le pays jusqu'aux législatives du 17 juin.

Nommée pour un mois afin d'expédier les affaires courantes et organiser le scrutin à venir, l'équipe de Panagiotis Pikrammenos n'abordera pas le dossier du prêt accordé à la Grèce par l'institution. Le FMI, qui a validé en mars un nouveau prêt de 28 milliards d'euros, succédant à celui de 30 milliards d'euros de mai 2010, devait pourtant discuter du versement d'une deuxième tranche, d'un montant de 1,6 milliard d'euros. Ce dernier était initialement prévu fin mai.

Délai de vacance

Comme le versement de cette tranche nécessite la formation d'un gouvernement ayant une majorité au Parlement, il ne pourra intervenir avant le mois de juin. En effet, l'assemblée sortie des urnes le 6 mai doit être dissoute vendredi, pour permettre le délai de vacance d'un mois prévu par la Constitution avant chaque élection législative.

"Nous attendons avec intérêt de prendre contact avec le [futur] gouvernement, une fois qu'il aura été formé (...) après les élections", a déclaré le porte-parole du FMI. "L'essentiel est que notre mission [à Athènes] aura lieu après les élections. Je n'ai pas de date spécifique", a-t-il poursuivi.

Vous êtes à nouveau en ligne