VIDEO. Grèce : entre les riches et l'Etat, le divorce est consommé

France 2

À Athènes, France 2 est allée à la rencontre des plus riches, premiers détracteurs du gouvernement grec. 

Dimanche 20 septembre, les Grecs sont appelés aux urnes pour des élections législatives anticipées. Le parti Syriza d'Alexis Tsipras n'a qu'une courte avance sur le parti conservateur Nouvelle démocratie. "Il y en a qui se félicitent tout particulièrement des difficultés du Premier ministre sortant, ce sont les riches", commente Marc de Chalvron, journaliste pour France 2, qui est allé à la rencontre de cette classe aisée.

Si la crise a laissé de nombreux foyers exsangues, la haute société grecque est elle aussi rattrapée par les difficultés du pays. Les grandes fortunes historiques de la Grèce sont traditionnellement défiantes envers l'Etat. "Ce sont des familles qui soutiennent la Grèce, mais pas l'Etat. Elles ne lui font pas confiance", explique Marianne Papalexis, directrice de la maison spécialisée dans le luxe Zolotas.

La fuite des capitaux systématique

L'équipe de France 2 a interrogé Nicolas Vernicos, un riche armateur issu d'une grande famille grecque. Comme beaucoup, il a pris soin de mettre son argent à l'abri, sur des comptes à l'étranger. "Qu'est-ce qui est le mieux : être vivant ou être dans un cercueil avec un drapeau grec dessus ?", résume-t-il. En tout, ce sont près de 80 milliards d'euros qui ont fui le pays en cinq ans.

Vous êtes à nouveau en ligne