EN IMAGES. Les street-artists grecs peignent les murs contre la crise

Dans les rues d'Athènes ou de Thessalonique, les graffeurs expriment leur révolte à coups de pinceaux et de bombes de peinture.

Le mécontentement des Grecs s'affiche sur leurs murs. Depuis le début de la crise qui frappe le pays, de nombreux street-artists ont pris les bombes pour exprimer leur point de vue à travers des tags et des fresques.

Certains peignent leur révolte face à la rigueur. D'autres manifestent, au contraire, leur attachement à l'Europe. Plusieurs street-artists européens, comme le Français Goin, sont venus en Grèce pour exprimer, avec leurs pinceaux, leur soutien au peuple hellénique.

A Athènes ou à Thessalonique, les fresques évoquent les difficultés économiques de la Grèce et la pression exercée par ses créanciers. A la veille du référendum, prévu dimanche 5 juillet, francetv info vous propose de découvrir ces fresques contestataires qui ornent les murs des villes grecques. 

110
Les colonnes de ce temple grec, constituées de pièces d'un euro, s'écroulent. Cette fresque gigantesque a été photographié à Thessalonique, dans le nord du pays, le 4 mars 2015.  ALEXANDROS AVRAMIDIS / REUTERS
210
"Non" en allemand au milieu du drapeau européen. Le 28 juin 2015, à quelques jours du référendum grec, cette peinture orne un mur d'Athènes. ALKIS KONSTANTINIDIS / REUTERS
310
"0 euro". En plein coeur de la capitale grecque, le street-artiste Achilles représente à sa façon la crise grecque. La photo date du 27 juin 2015.  ARIS MESSINIS / AFP
410
"Annulez la dette, FMI va-t-en." La photo de ce slogan écrit sur un mur d'Athènes a été prise le 24 janvier 2015.  ALKIS KONSTANTINIDIS / REUTERS
510
Cette impressionnante peinture du street-artiste grec iNO est intitulée "le système de la fraude". A Athènes, le 13 avril.  ALKIS KONSTANTINIDIS / REUTERS
610
La chancelière allemande Angela Merkel avec des oreilles de Mickey sur un mur d'Athènes, le 24 juin 2015. ORESTIS PANAGIOTOU / MAXPPP
710
Une voiture chute d'un sigle euro, représenté à la manière d'un panneau de signalisation sur un mur de la capitale grecque, le 28 juin 2015. ARIS MESSINIS / AFP
810
Dans cette fresque intitulée "la mort des euros", le street-artiste français Goin a représenté sur un mur d'Athènes plusieurs hommes portant une liasse de billets à la manière d'un cercueil, le 26 mai 2015.  ALKIS KONSTANTINIDIS / REUTERS
910
"Madame Merkel, nous vous aimons toujours". Ces mots, inscrits à la bombe sur les murs d'Athènes, sont simplement signés "la Grèce". FREDERICK FLORIN / AFP
1010
Peint sur la façade d'un immeuble d'Athènes, ce manifestant tient un sigle "euro" ensanglanté, le 28 juin.  AYHAN MEHMET / ANADOLU AGENCY / AFP