Élections en Grèce : les jeunes n'y croient plus

FRANCE 3

Une équipe de France 3 est allée à la rencontre des jeunes qui, s'ils ont fait la victoire d'Alexis Tsipras en janvier dernier, sont aujourd'hui désabusés.

Les sondages annoncent au coude à coude Syriza, le parti d'Alexis Tsipras et le parti conservateur Nouvelle Démocratie pour les élections anticipées en Grèce. Dimanche 20 septembre, on attend également un très fort taux d'abstention. "Ce sont peut-être justement ces jeunes qui détiennent la clé du scrutin", observe Julien Gasparutto, en direct d'Athènes. "Il y a neuf mois, ce sont eux qui avaient porté Alexis Tsipras au pouvoir. Cette fois, le leader de Syriza sait qu'il ne pourra pas compter autant sur cette manne électorale", poursuit le journaliste.

Des jeunes qui ont perdu confiance

France 3 a rencontré un candidat d'Unité populaire, un parti fondé par les déçus de Syriza alors qu'Alexis Tsipras avait accepté le mémorandum de l'Union européenne. "Avec le mémorandum, ma génération n'a aucun avenir, même si c'est Syriza qui gouverne", commente Yiannos Giannopoulos. "Pour moi, la démocratie a été bafouée et c'est pour ça que je suis parti". Mais certains y croient encore et ont choisi de voter pour lui ce dimanche. "Il faut encore lui donner une chance. Même si ces mesures d'austérité sont difficiles à encaisser, je pense qu'il n'avait pas le choix", explique Thanos. Pour lui, mieux vaut des mesures d'austérité appliquées par Tsipras plutôt que par les conservateurs. D'autres ne voteront pas, comme Alex, 30 ans, architecte au chômage. "Pour moi, Syriza ou la droite avec Nouvelle démocratie, c'est du pareil au même et je ne veux pas participer à cette mascarade".

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne