DIRECT. Grèce : dernières manifestations avant le référendum, Tsipras défend le "non" pour "vivre avec dignité en Europe"

Alexis Tsipras, vendredi 3 juillet dans les rues d\'Athènes (Grèce).
Alexis Tsipras, vendredi 3 juillet dans les rues d'Athènes (Grèce). (ANGELOS TZORTZINIS / AFP)

Plus de 25 000 partisans du "non" se sont rassemblés place Syntagma, dans le centre d'Athènes. A moins d'un kilomètre, plus de 20 000 personnes militaient pour le "oui".

Dernière ligne droite avant le vote. Quelque 25 000 personnes se sont rassemblées vendredi 3 juillet au soir place Syntagma, dans le centre d'Athènes (Grèce), pour défendre le "non" au référendum de dimanche. A moins d'un kilomètre de là, plus de 20 000 personnes militaient pour le "oui". 

Le Premier ministre grec Alexis Tsipras, qui a donné un discours place Syntagma, a appellé à voter non pour "vivre avec dignité en Europe". "Nous fêtons la victoire de la démocratie, la Grèce envoie en message de dignité, personne n'a le droit de menacer de diviser l'Europe", a-t-il lancé.

 Le Conseil d'Etat valide la tenue du référendum. Le Conseil d'Etat, la plus haute juridiction administrative grecque, a rejeté un recours contre la légalité du scrutin, levant tout obstacle juridique à cette consultation décidée par le gouvernement.

Le gouvernement grec expose ses exigences. Lors d'une intervention télévisée, Alexis Tsipras a souhaité que la Grèce obtienne de ses créanciers "une décôte de 30%" de sa dette ainsi qu'"une période de grâce de 20 ans".

 Le résultat s'annonce serré. Les partisans d'un accord avec les créanciers sont 44,8%, tandis que le "non" recueille 43,4%, selon l'institut Alco pour le journal Ethnos. Mercredi, un autre sondage prédisait l'inverse.

23h00 : Deux meetings différents se tenaient ce soir à Athènes. Si le camp du "non" au référendum a eu le droit à un discours enflammé d'Alexis Tsipras, du côté du "oui" on s'est rabattu sur l'animateur franco-grec Nikos Aliagas.

21h50 : A Athènes, 25 000 manifestants personnes se sont rassemblées pour le "non" au référendum, 20 000 pour le "oui". Des échauffourées ont été constatées au début de la manifestation du "oui" avec des jets de pierres par des jeunes cagoulés.

(REUTERS et APTN)

21h41 : "Nous fêtons la victoire de la démocratie, la Grèce envoie en message de dignité, personne n'a le droit de menacer de diviser l'Europe"

Alexis Tsipras a de nouveau appelé à voter non au référendum de dimanche pour "vivre avec dignité en Europe" en rejoignant la manifestation des partisans du "non" rassemblés sur la place Syntagma à Athènes.

20h58 : Alexis Tsipras appelle une nouvelle fois à voter "non" au référendum pour permettre aux grecs de "vivre avec dignité en Europe".

20h55 : "Citoyens d'Athènes, il faut avoir du courage et oser pour avoir la liberté."

Alexis Tispras exhorte la foule à ne pas avoir peur et termine avec cette note d'optimisme : "La Grèce fera partie de l'Europe."

20h48 : "Je vous appelle dimanche à dire un grand et fier 'non' (...) à ceux qui vous terrorisent de manière quotidienne."

Alexis Tsipras prend la parole à Athènes lors du grand meeting pour le "non".

20h24 : Le Premier ministre grec Alexis Tsipras vient de rejoindre la manifestation du "non" en fendant la foule de ses partisans.

19h59 : Les sondages sont indécis en ce qui concerne le référendum de dimanche en Grèce. Pour la première fois, un sondage de l'institut Alco donne l'avantage au "oui", à 44,8%, devant le "non", à 43,4%. Mais les 11,8% de Grecs qui n'ont pas encore fait leur choix devraient faire pencher la balance.

19h34 : Notre journaliste Elise Lambert est à Athènes avec les manifestants pour le "non" au référendum.

19h14 : Les Grecs descendent ce soir dans la rue à deux jours du référendum. Environ 15 000 personnes manifestent pour le "non" à Athènes, et 12 000 pour le "oui", selon la police.

18h24 : Le Conseil d'Etat grec rejette le recours contre la référendum de dimanche, qui pourra donc avoir lieu.

17h50 : Le Parti socialiste sera représenté ce soir en Grèce, pour soutenir Syriza. En tout cas son aile gauche. Le député Pascal Cherki et Gérard Filoche ont décidé de faire le déplacement. Pascal Cherki doit même prendre la parole ce soir lors d'un meeting à Athènes.

17h29 : Wolfgang Schäuble n'est pas la personnalité la plus appréciée par les partisans du "non" au référendum grec. Une journaliste du JDD a repéré une affiche sur laquelle figure le ministre des Finances allemand.

17h05 : Leroy Merlin dément avoir incité ses employés en Grèce à voter "oui" au référendum de dimanche. La société dit qu'elle "s'adaptera à toute situation".

16h47 : "Je souhaite la victoire du oui dimanche. (...) Parce que ce serait le choix le plus cohérent avec la volonté de l'immense majorité des Grecs de voir leur pays continuer d'appartenir à l'euro."

Sur son blog, Pierre Moscovici appelle les Grecs à voter "oui" aux propositions de leurs créanciers dimanche. "Un 'non' serait un signal négatif au reste de l'Europe, que certains exploiteraient trop facilement pour déconstruire notre maison commune", prévient l'ex-ministre, devenu commissaire européen.

16h33 : Je dois reconnaître mes lacunes : c'est peut-être une erreur, mais je n'ai hélas jamais suivi de cours de grec. Une petite recherche me permet tout de même vous aider à décrypter les tracts du référendum du dimanche : les partisans du "oui" appellent à voter "ναι", ceux du "non" à choisir "όχι".

16h33 : Mais enfin, à la vue des tracts je ne comprend plus... Comment dit on "oui" et "non" en grec ?

16h23 : Bonjour @anonyme. Lors d'un chat organisé mardi sur francetv info, François Lenglet avait justement évoqué la situation des armateurs : "Ce sont pour beaucoup des résidents fiscaux étrangers, c'est donc difficile de les taxer", expliquait-il. L'éditorialiste de France 2 citait aussi le cas de l'Eglise, qui bénéficie du "poids des traditions", de "l'inertie politique", de "la puissance des intérêts acquis"... "Mais il est clair qu'une Grèce moderne et efficace devrait parvenir à mieux lever l'impôt sur ces contribuables fortunés", concluait-il.

16h23 : On n'entend jamais parler des grandes fortunes grecques (armateurs, etc...) ???

15h56 : A propos de ce référendum grec, un nouveau sondage, cité par Reuters et publié par le journal Avgi, donne le "non" en tête avec 43% des suffrages. Le "oui" est juste derrière avec 42,5% des intentions de vote. Reste tout de même 9% d'électeurs encore indécis.

15h52 : La Grèce se déplace aux urnes, dimanche, à l'occasion d'un référendum décisif pour l'avenir du pays. Que faut-il savoir sur ce scrutin ? Notre journaliste Fabien Magnenou répond à sept questions sur son organisation.

15h39 : Notre envoyée spéciale Elise Lambert est désormais en compagnie de militants de Syriza, le parti du Premier ministre grec Alexis Tsipras. Ils se préparent à manifester ce soir pour défendre le "non" au référendum.

15h25 : Au cours de son allocution télévisée, Alexis Tsipras a également souhaité "une décote de 30% de la dette grecque" et "une période de grâce de 20 ans" pour son pays, seule solution selon lui pour que la dette soit "viable".

15h20 : "Depuis cinq mois, la Grèce est face à un chantage sans précédent pour accepter des mesures de récession. Nos citoyens décideront librement."

Le Premier ministre grec, Alexis Tsipras, a lancé un appel à ses concitoyens : "Le temps de la responsabilité et de la démocratie est venue." "Allons calmement aux urnes et faisons notre choix en nous appuyant sur les arguments, pas sur les slogans", poursuit-il.

15h17 : Le Premier ministre grec, Alexis Tsipras, appelle à nouveau ses compatriotes à voter "non" au référendum de dimanche, qui porte sur les propositions des créanciers du pays.

13h41 : Notre journaliste Elise Lambert est en Grèce, dans les locaux du journal Efimerida, proche de Syriza. Voici l'ambiance au sein de la rédaction, à deux jours du référendum.

12h55 : Si le "non" l'emporte au référendum dimanche, la position grecque sera "considérablement affaiblie", prévient le patron de la Commission européenne Jean-Claude Juncker. Pour l'heure, le "oui" est très légèrement en tête (44,8% contre 43,4% au "non"), selon un sondage publié aujourd'hui.

Vous êtes à nouveau en ligne