Gaza : incertitudes sur une poursuite de la trêve

(Des tanks israéliens près de Gaza, le 7 août © REUTERS / Amir Cohen)

A quelques heures de la fin de la trêve, le Hamas menace de reprendre le combat si la levée du blocus de Gaza n'est pas acceptée par les délégations en Egypte.

La tension monte entre Israël et le Hamas, alors que la trêve humanitaire de 72 heures entre les deux camps arrivera à son terme à 7h ce vendredi matin, heure de Paris.

Des délégations palestiniennes et israéliennes sont en ce moment au Caire pour participer à des pourparlers indirects avec l'Egypte pour entremetteur. Et si les Israéliens se sont dit prêts mercredi soir à prolonger la trêve à condition que cette prolongation ne soit assortie d'aucune condition, le bras armé du Hamas menace de reprendre les hostilités contre Israël si ses demandes ne sont pas entendues.

"Nous appelons la délégation palestinienne à ne pas accepter le cessez-le-feu si elle n'obtient pas satisfaction sur les demandes de notre peuple ", a déclaré le porte-parole des brigades Al-Qassam, la branche armée du Hamas, dans une allocation télévisée ce jeudi soir. "Si un accord est trouvé, il sera possible de prolonger la trêve. Si il n'y en a pas, nous demandons à la délégation de se retirer des négociations ", a-t-il annoncé, précisant que le mouvement est "prêt à se lancer de nouveau dans la bataille ".

Manifestation à Gaza ville pour soutenir la délégation palestinienne au Caire : le reportage d'Etienne Monin
--'--
--'--

Israël favorable à une prolongation de la trêve, mais sans conditions

La délégation palestinienne au Caire demande la levée du blocus de la bande de Gaza, une condition qu'Israël risque d'avoir du mal à accepter. Dès mercredi, les Israéliens se sont dit favorables à une prolongation illimitée de la trêve, à condition de ne pas avoir à accepter les demandes Hamas. Les troupes de l'Armée de défense d'Israël se sont bien retirées de l'enclave palestinienne, mais restent positionnées à proximité, prêtes à répondre en cas d'attaque. "Je ne suis pas sûr que la bataille soit terminée ", a prévenu le Premier ministre Benjamin Netanyahu jeudi soir sur une chaîne de télévision américaine.

L'opération "bordure protectrice" déclenchée depuis près d'un mois par Israël pour faire cesser les tirs de roquette du Hamas contre son territoire a fait 1.886 mort côté palestinien, dont une grande majorité de civils. Côté israélien, 64 soldats sont morts et trois civils ont été tués.

Vous êtes à nouveau en ligne