VIDEO. Syrie : un dîner d'ouverture du G20 marqué par les divisions internationales

Cette rencontre économique au sommet est devenue un sommet de crise sur la Syrie. Lors de l'ouverture du G20 à Saint-Pétersbourg (Russie), chaque grande puissance a campé sur ses positions.

A l'ouverture du G20, jeudi 5 septembre à Saint-Pétersbourg, l'hôte du sommet, Vladimir Poutine, a finalement consenti à ce que le dîner officiel de la soirée soit consacré à la crise syrienne. Une soirée passablement tendue, comme l'a rapporté sur Twitter le chef du gouvernement italien. Enrico Letta, lui-même hostile à toute intervention armée, a ainsi estimé que le dîner avait "confirmé les divisions à propos de la Syrie".

 

Les convives sont ainsi arrivés aussi dispersés que leurs positions sur le dossier. La Chine et la Russie sont opposées à une intervention. Le trio européen – France, Royaume-Uni et Allemagne – a tenté, lui, de présenter un front uni.

Barack Obama, le président américain, a quant à lui été le dernier convive à faire son apparition, avec une demi-heure de retard sur le protocole. Ses homologues sont pratiquement passés à table à son arrivée. Sans aucun doute, la question syrienne installe un peu plus de tension dans un G20 qui aurait dû être centré sur l'économie.

Les différentes rencontres bilatérales, qui se tiendront vendredi 6 septembre, devraient prolonger ce dîner dont personne n'attend un miracle. 

Vous êtes à nouveau en ligne