François Hollande promet la stabilité des relations avec le Qatar

(Maxppp)

Pour sa première visite à Doha, le président français a assuré qu'il n'y aurait pas de ruptures dans la relation mise en place entre l'émirat et ses prédécesseurs. En réponse, le Qatar annonce un investissement de 10 milliards d'euros dans l'hexagone.

Lors de sa présidence, Nicolas Sarkozy entretenait une
relation très étroite avec le Qatar. Et François Hollande ? "Tous les
présidents successifs en France y ont veillé, avec leur tempérament, avec leur
façon de faire", a lancé le chef de l'Etat devant la communauté française
de Doha au premier jour d'une visite officielle de deux jours dans l'émirat.

"Un saut quantique"

Une façon de montrer la continuité tout en se démarquant de
la "diplomatie de contrat" que le candidat socialiste dénonçait
pendant sa campagne. Une continuité 
confortée par l'annonce de l'ambassadeur du Qatar en France d'un
investissement de 10 milliards d'euros en France pour permettre "un saut
quantique" dans les relations entre les deux pays. Une somme qui inancerait
des "institutions françaises majeures", sans plus de précisions. Elle
viendrait en tout cas s'ajouter aux 12 milliards d'euros déjà investis ces cinq
dernières années en France, d'après les décomptes de l'Elysée.

Entretien sur la Syrie avec l'émir

François Hollande doit visiter ce dimanche un chantier BTP
de Bouygues avant de participer à un forum économique avec des entrepreneurs
des deux pays. Puis une cérémonie de signatures de contrats est prévue avec
l'émir du Qatar. Au-delà des discussions économiques, il devrait également être
question de la Syrie. Un dossier au cœur d'une réunion des "Amis de la
Syrie" samedi. 

Vous êtes à nouveau en ligne