Fin des combats en Afghanistan pour l'armée française

(Eric Gaillard Reuters)

400 militaires français ont commencé à quitter ce mardi matin la dernière base française installée dans la région de la Kapisa. C'est la fin de la mission de combats même si l'armée restera encore présente quelques mois en Afghanistan.

Ils ont fait leurs paquetages ces dernières heures avant de quitter
mardi matin la base de Nijrab, dernière base française installée dans la
Kapisa. Les 400 militaires français encore engagés dans une mission
de combat s'éloignent de la zone où ont été tués les deux tiers des
88 soldats tricolores tués en Afghanistan.

Plus de combattants
mais l'armée toujours présente

Si les forces combattantes
quittent l'Afghanistan, 2.000 hommes restent basés dans le pays. 50
d'entre eux sont des formateurs installés à l'ouest de Kaboul. 1.500
autres militaires sont stationnés dans la capitale afghane pour
organiser le rapatriement des hommes et du materiel français. 

Quel
calendrier pour le retrait ?

Le retrait de l'armée française a été entamé fin
2011, dix ans après le déploiement de la force internationale dans le
pays. Outre les soldats, 400 véhicules et 300 conteneurs ont d'ores et
déjà été rappatrié depuis le début de l'année, selon un décompte établi
par l'Etat major en octobre. L'essentiel des 2.000 militaires restants
devrait rentrer d'ici l'été 2013. Restera près de 500 hommes sur place
pour des missions de formation. 

Les talibans saluent cette "bonne
initiative
"

Les rebelles talibans ont salué cette "bonne
initiative
", appelant tous les pays membres de l'Otan à "suivre
l'exemple de la France
", et à "mettre fin à l'occupation de
l'Afghanistan
"
en quittant le pays. Le ministère
afghan de la Défense a de son côté remercié, sans nommer de pays en
particulier, "toutes les forces étrangères qui ont combattu en
Afghanistan
"
en jugeant que ses forces de sécurité étaient désormais "prêtes à
prendre
la relève
".

Pierre Servent, journaliste spécialisé des
conflits et de l'armée, estime que le bilan est mitigé : si l'armée et
la police afghane a effectivement été formée, tous les talibans ne sont
pas encore partis... Il faudra donc voir dans les mois qui viennent si
oui ou non l'intervention française a porté ses fruits.

La sécurité de Kapisa devrait
désormais être assurée par 4.700 policiers et militaires afghans,
épaulés par
quelque 250 soldats américains. Mardi, l'un des responsables locaux de
l'armée
afghane, le colonel Baba Gul Haqmal, se disait "confiant " à ce
propos, tout en soulignant que ses troupes manquaient "d'artillerie
et
de forces aériennes
".

 

 

Vous êtes à nouveau en ligne