Exode de milliers de Syriens vers les pays voisins

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

Depuis hier, ils ont été quelque 11.000 à fuir leur pays : au cours des dernières vingt-quatre heures, 9.000 Syriens se sont réfugiés en Turquie, 1.000 en Jordanie. Et mille autres au Liban.

"Ce sont vraiment les plus hauts chiffres que nous ayons jamais eu depuis un certain temps ", s'alarme Panos Moumtzis, coordonnateur régional du Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés. D'ordinaire, ils ne sont "que" 2.000 à 3.000 par jour.  

Depuis vingt-quatre heures, avec la montée en intensité des violences dans le pays, la détérioration de la situation humanitaire et le financement insuffisant de l'aide, ils sont quelque 11.000 à avoir quitté la Syrie.

Les camps turcs sont saturés mais l'afflux continue

Notamment pour la Turquie : parmi les réfugiés, deux généraux, des dizaines d'officiers et des soldats du rang qui ont déserté l'armée régulière fidèle à Bachar al-Assad. L'Etat turc a beau tenter de freiner cet  afflux depuis août, où le seuil des 100.000 réfugiés a été atteint, il est contraint et forcé d'apporter un soutien humanitaire minimum. Depuis jeudi, on comptait près de 26 morts et plusieurs dizaines de  blessés arrivés en Turquie : les 13 camps de tentes et préfabriqués dressés par Ankara le long de la frontière sont depuis longtemps saturés.

"Jusqu'où cela ira-t-il ? Quand les membres permanents du Conseil de sécurité de l'Onu vont-ils prendre leurs responsabilités ?"

Le Premier ministre turc, Tayyip Erdogan, a fustigé vendredi le Conseil de sécurité de l'Onu pour son impuissance face à la crise : "C'est vraiment étrange. Des atrocités sont commises en ce moment en Syrie et ces atrocités sont orchestrées par un chef d'Etat. Tandis qu'elles se poursuivent, les Nations unies restent silencieuses à ce sujet".

"Jusqu'où cela va ira-t-il ? Quand les membres permanents du Conseil de sécurité de l'Onu vont-ils prendre leurs responsabilités ? Nous sommes obligés d'agir ensemble pour contrer cela sans quoi nous ne pourrons plus parler d'organe démocratique pour cette instance internationale."

"Cela va continuer à croître... En 2013, quatre millions de Syriens pourraient avoir besoin d'aide l'année prochaine "

Ces chiffres ne devraient pas décroître : le président Bachar al-Assad a réaffirmé son intention de ne pas quitter le pays, clamant que l'issue de la crise se trouvait dans les urnes alors que le pays est ravagé par la guerre civile. Vendredi, le Haut commissariat aux réfugiés portait à plus de 408.000 le nombre total de réfugiés tandis que les violences ont fait 37.000 morts en près de vingt mois. "Cela va continuer à croître... En 2013, quatre millions de Syriens pourraient avoir besoin d'aide l'année prochaine ", estimait vendredi Hohn Ging, directeur de l'Office des Nations Unies pour l'aide humanitaire (OCHA).  

Vous êtes à nouveau en ligne