VIDEO. Un Œil sur la planète. Suisse : l'apprentissage contre le chômage

La Suisse affiche l'un des taux de chômage des jeunes les plus bas au monde. Deux tiers des travailleurs suisses passent par un apprentissage, et tout est fait pour que le cursus des apprentis ne devienne pas une voie de garage. Extrait du magazine "Un Œil sur la planète" du 2 novembre.

"Avec l'apprentissage, les talents deviennent des pros", proclame le slogan d'une campagne mettant en avant cette voie ancrée dans la tradition suisse. Dans une classe d'un collège de cinq cents élèves au pied des montagnes de Fribourg, 11 collégiens sur 21 ont choisi de partir en apprentissage l'année suivante et de quitter ainsi l'école classique.

Les affiches placardées dans les rues promettent aux jeunes de devenir des stars de la mécanique ou de la cuisine. A 14 ans, ces collégiens ont déjà une idée de leur avenir et ils vont se préparer pour exercer plus tard le métier de leurs rêves : "J'aimerais faire quelque chose dans l'optique"… "Plus tard, je voudrais faire prof de sport""J'aimerais devenir laborantine chimiste"…

"Les parents, maillons essentiels du système"

La Suisse valorise l'apprentissage et les élèves entre 12 et 15 ans font des stages en entreprise. Cet établissement scolaire aide même les volontaires orientés très jeunes à trouver des places d'apprentis. "C'est effectivement hyper tôt, mais c'est une démarche qui prend trois ans", explique l'un des professeurs. Dans ce pays, deux jeunes sur trois passent par un apprentissage.

"Nos écoles secondaires s'appellent des 'cycles d'orientation'. Pendant trois ans, l'élève continue ses apprentissages scolaires en étant encadré par les enseignants. Les parents, maillons essentiels du système, sont fortement impliqués pour que les élèves puissent choisir leur voie", précise ce professeur. La Suisse a fait de l'apprentissage une arme contre le chômage des jeunes, l'un des plus bas au monde.

Vous êtes à nouveau en ligne