VIDEO. Merkel s'oppose à une taxe européenne sur les panneaux solaires chinois

La Commission européenne veut imposer des sanctions à la Chine, coupable, selon elle, de pratiques commerciales déloyales dans le secteur photovoltaïque. Mais 17 pays de l'UE, dont l'Allemagne, s'y opposent.

Les fabricants européens de panneaux solaires dénoncent la concurrence déloyale de leurs rivaux chinois. Ils se disent même menacés de disparition. Pour protéger les entreprises européennes du secteur photovoltaïque, la Commission européenne a fait une annonce choc, lundi 27 mai. Reprenant une suggestion déjà faite le 8 mai, Bruxelles a proposé d'instaurer une taxation provisoire de 47% en moyenne sur les panneaux solaires importés de Chine. La Commission s'est donnée jusqu'au 5 juin pour arrêter sa décision.

Mais dès lundi soir, la chancelière allemande, Angela Merkel, a exprimé son opposition à de telles sanctions. Une prise de position qui coïncide avec la visite à Berlin du Premier ministre chinois, Li Keqiang. Et selon une source européenne, l'Allemagne a été rejointe par 17 autres Etats membres de l'UE. Un front uni qui contraint désormais la Commission européenne à chercher une solution négociée avec Pékin pour éviter des représailles commerciales.

Vous êtes à nouveau en ligne