Vacances d'été : les Français font de la résistance

Sur la plage de La Faute-sur-Mer (Vendée), le 10 août 2011.
Sur la plage de La Faute-sur-Mer (Vendée), le 10 août 2011. (FRANK PERRY / AFP)

Contrairement à leurs voisins européens, ils seront plus nombreux à partir que l'an passé, selon une enquête Ipsos. Les campings pourraient même battre leur record de 2011.

Une exception de plus pour les Français. Alors qu'un nombre record d'Européens ne partira pas en vacances cet été, les Français sont 70% à avoir des projets d'évasion, contre 68% l'an passé. Avec un budget vacances en forte hausse, ils seront juste moins nombreux à s'offrir plusieurs départs dans l'été, selon une enquête Ipsos pour Europ Assistance, diffusée jeudi 24 mai.

• Les Français, champions d'Europe des vacances

Faut-il crier cocorico ? Les Français seront les plus nombreux cette année à s'offrir une escapade estivale (70%), devant les Italiens (63%), les Belges (59%), les Autrichiens (59%), les Allemands (55%), les Britanniques (51%) et les Espagnols (51%). Ils détrônent leurs voisins italiens, qui étaient 78% à partir en vacances l'an passé, mais qui voient leurs envies contrariées par la crise, comme les Espagnols. La France est la seule à pouvoir se vanter d'un nombre de vacanciers en hausse. 

"En France, nous avons un airbag social qui n'existe pas à l'étranger, explique au Parisien (article abonnés) Didier Arino, du cabinet Protourisme. Dans les autres pays d'Europe, à cause de la crise, on a baissé les salaires, gelé les avantages sociaux et demandé plus de flexibilité aux salariés. Pas chez nous." Les départs restent donc la norme, avec quelques aménagements : les vacances en France seront privilégiées, et les campings pourraient battre leur record de 2011 (107 millions de nuitées dans l'année).

• L'Espagne et l'Italie touchés par la crise

Globalement, les résultats au niveau européen sont en très forte diminution (- 8 points) avec 58% des Européens qui ont l'intention de partir au moins une fois entre juin et septembre inclus, soit le plus bas chiffre depuis 2005. Le budget vacances (transport, hébergement, nourriture, activités de loisirs, etc.) pour 2012 se maintient toutefois à un niveau presque équivalent à celui de 2011 : 2 125 euros, soit 20 de moins qu'en 2011.

Des sept pays étudiés, les premiers à se serrer la ceinture sont ceux du Sud, où la situation sociale est la plus difficile. L'Espagne et l'Italie possèdent les budgets moyens les plus faibles, avec une baisse de 25% en un an de l'autre côté des Alpes. Les Italiens sont aussi les plus nombreux à se dire prêt à abandonner leur budget vacances. Italie et Espagne voient aussi leur attractivité touristique décroître de deux ou trois points.

Vous êtes à nouveau en ligne