Une centenaire obtient son doctorat, 77 ans après en avoir été empêchée par les nazis

Ingeborg Rapoport dans sa maison de Berlin (Allemagne), le 3 juillet 2009.
Ingeborg Rapoport dans sa maison de Berlin (Allemagne), le 3 juillet 2009. (THOMAS PETER / REUTERS)

L'Allemande Ingeborg Rapoport avait rédigé sa thèse, consacrée à la diphtérie, en 1938, mais n'avait pas pu passer son dernier oral. Née de mère juive, elle en avait été empêchée pour des "raisons raciales".

Elle a dû patienter longtemps avant de voir son travail enfin reconnu. A l'âge de 102 ans, l'Allemande Ingeborg Rapoport a finalement obtenu son doctorat à l'université de Hambourg, mercredi 13 mai, 77 ans après en avoir été empêchée par les nazis, raconte The Independent (en anglais).

Ecartée pour "raisons raciales"

Spécialisée dans la néonatologie, Ingeborg Rapoport avait fini sa thèse, consacrée à la diphtérie, en 1938. Née d'une mère juive, elle n'avait pas pu passer son dernier examen : les autorités académiques s'y sont opposées pour des "raisons raciales". Des milliers d'étudiants "non-aryens" ont été ainsi écartés des universités sous le Troisième Reich, rappelle le Wall Street Journal (en anglais).

L'Allemande a alors émigré aux Etats-Unis, où elle a travaillé dans plusieurs hôpitaux, avant de revenir en Europe en 1950. Mais ce n'est que récemment qu'elle a pu envisager d'obtenir son fameux doctorat : un ami de son fils Tom a raconté son histoire à un responsable de l'université de Hambourg, qui s'est occupé de son dossier.

Une étudiante âgée, mais "brillante"

Ingeborg Rapoport a finalement pu passer son grand oral mercredi : 45 minutes au cours desquelles elle a pu défendre son travail face à un jury. Son grand âge n'a pas diminué ses connaissances. A en croire l'un de ses examinateurs, elle a tout simplement été "brillante".

Vous êtes à nouveau en ligne